Éliminatoires CM 2019 : Jordan Nwora débute avec le Nigéria sous les ordres de son père

LAGOS (FIBA Basketball World Cup 2019 African Qualifiers) - La troisième fenêtre des Éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde FIBA 2019 ne sera pas seulement une occasion spéciale pour les fans du Nigeria, qui auront l'opportunité de voir pour la toute première fois leurs joueurs favoris à l'oeuvre à la maison, ce sera aussi une étape importante dans les carrières du coach Alex Nwora et de son fils Jordan.

Alex et Jordan composent le plus récent duo père-enfant/coach-joueur de ces dernières années à représenter une équipe nationale sur le continent africain.

Il y a trois ans, l'ancien olympien égyptien Ahmed Marei avait coaché son fils Assem dans le cadre du FIBA AfroBasket 2015 en Tunisie, un tournoi que les Égyptiens avaient terminé au cinquième rang.

"C'EST UN HONNEUR D'AVOIR LA CHANCE DE REPRÉSENTER MON PAYS ET DE JOUER POUR MON PÈRE." 
Nwora

 Arrière-shooteur réputé de la Louisville University, Jordan (19 ans) ne cache pas son impatience de porter l'uniforme vert et blanc des 'D'Tigers'.

Ses performances lors des matches amicaux de la semaine passée contre la Côte d'Ivoire à Abidjan prouvent que son apport sera précieux pour la sélection dirigée par Alex Nwora. Le Nigeria accueillera la seconde manche du Groupe B des Éliminatoires Zone Afrique du vendredi 29 juin au dimanche 1er juillet à Lagos.

"Je me réjouis juste de jouer avec ces gars - ce sont tous de grands joueurs - et de jouer pour mon père, de gagner des matches," dit l'arrière de 2.00m, qui n'a encore jamais évolué sous les ordres de son père.

“C'est vraiment quelque chose d'énorme, je n'ai jamais joué là-bas, c'est un honneur d'avoir la chance de représenter mon pays et de jouer pour mon père. Je suis heureux d'avoir reçu cette opportunité," ajoute-t-il. 

Comment Jordan voit-il cette nouvelle relation père-fils ? 

“En grandissant, je n'ai jamais joué pour lui, mais je m'entraînais avec lui tous les jours. Sans lui, je ne serais pas là où je suis maintenant. Je ne jouerais pas à Louisville, je ne serais pas présenct ici. Je lui suis vraiment très reconnaissant, il m'a tant aidé. Sans lui, je ne suis pas sûr que je serais devenu basketteur. Je serais probablement en train de me la couler douce à ne rien faire aux USA."

Jordan fait partie des nouveaux venus appelés à aider l'ancien champion d'Afrique à se qualifier pour le second tour à 12 équipes des Éliminatoires Zone Afrique.

En février, le Nigeria avait dû s'employer pour venir à bout de la résistance de l'Ouganda, s'imposant finalement 102-86.

Les équipes se retrouvent vendredi. Pour Jordan, le Nigeria ne doit se fixer aucune limite. 

“Le potentiel [de la sélection nigériane] est illimité. Le Nigeria regorge de joueurs talentueux. Il y en a tellement qui peuvent prétendre à une place en sélection nationale. Les équipes changent souvent, parce que le choix est vraiment vaste. Le potentiel est très grand.

“Je ne connais pas grand-chose [du Mali, de l'Ouganda et du Rwanda], mais je suis sûr que nous allons bien préparer ces matches."

Nommé nouveau coach du Nigeria l'an passé, Alex Nwora parle ainsi de cette relation père-enfant/coach-joueur : 

“C'est intéressant, car c'est la première fois que je le coache. Je l'ai entraîné, mais je ne l'ai jamais coaché. C'est la première fois qu'il évolue sous mes ordres. Et je peux vous dire qu'il sait à quel point il est difficile de jouer pour moi, parce que je suis très exigeant," note Alex.

Comment Alex décrit-il Jordan en tant que joueur ?

"Il est très talentueux, mais ce sera sa première expérience sur le continent africain. Je suis content pour lui qu'il soit là pour représenter notre pays. J'espère qu'il nous aidera à porter haut notre drapeau." 

Jordan Nwora a fini le match amical gagné 79-60 contre la Côte d'Ivoire avec 16 points à son actif  

Jordan Nwora a fini le match amical gagné 79-60 contre la Côte d'Ivoire avec 16 points à son actif  

“Son profil de joueur est unique, c'est un joueur de 2.00m qui sait tout faire. Il peut pénétrer, il peut tirer. Il est doué techniquement. Venir jouer en Afrique est une bénédiction. Je ne voudrais pas avoir à l'affronter, car je sais ce dont il est capable," conclut-il. 

Source : FIBA 

Retour à l'accueil