LeBron James et les Cavaliers font le break en martyrisant Toronto (2-0)

43 points, 14 passes décisives et 8 rebonds. LeBron James n’est pas humain. Pas en très grande forme selon ses dires lors du match 1, King James a souhaité rétablir la vérité suivante : à lui tout seul il peut décider du sort d’une rencontre et d’une série de playoffs. Toronto l’a déjà appris à ses dépens par le passé et cela semble se rééditer une nouvelle fois. Dans cette large victoire (128-110), James a pu compter sur le soutien de Kevin love (31 points) auteur de son meilleur match en playoff et décisif dans le 3e quart temps. Auteur de 20 bonnes minutes, Toronto s’est arrêté de jouer par la suite. Incapables de sonner la révolte, Kyle Lowry et DeMar DeRozan ont sombré avec leurs coéquipiers en seconde période, perdue 67-37. Ils sont désormais dos au mur avant d’aller à Cleveland.

Se relever après la terrible désillusion du match 1, c’est l’objectif des Raptors ce soir. Pour cela, Toronto va devoir jouer en équipe. Chose que les coéquipiers de DeMar DeRozan s’efforcent de faire dans ce début de rencontre. La balle tourne bien, et les Canadiens attaquent à la perfection les intervalles adverses (15-10). A l’inverse Cleveland a tendance à trop arrêter le ballon, le jeu proposé par les coéquipiers de LeBron James est trop stéréotypé et trop porté sur l’isolation à l’image du King qui semble toujours souffrir physiquement.

Toronto le sait et continue de jouer avec agressivité. Kyle Lowry attaque sans cesse sur pick-and-roll et rend fou la défense adverse, et Toronto semble maitriser son sujet (27-20). En face, la sortie de James semble libérer ses coéquipiers qui recollent aux basques de leurs adversaires dans cette fin de quart-temps malgré un DeRozan aérien (29-26).

Le retour en forme de Kevin Love
Cleveland souffre défensivement notamment dès que les Raptors jouent vite et intelligemment. Fred VanVleet fait des différences incroyables sur ses premiers pas, et le choix de Tyron Lue de jouer avec LeBron James sur le poste de pivot permet à Jakob Poeltl de briller dans la raquette. Heureusement pour les joueurs de l’Ohio, Jeff Green trouve la mire à longue distance et empêche son équipe de sombrer (39-34). On sent Cleveland en apnée dans ce second quart-temps. Les Raptors le sentent aussi, et c’est pour cette raison, qu’ils accélèrent de nouveau sous l’impulsion de Kyle Lowry toujours aussi impérial et décisif dans ses choix en attaque (54-45).

Critiqué par rapport à ses dernières sorties, Kevin Love semble être dans un bon soir. Cleveland peut remercier son intérieur qui par son adresse et son efficacité près du cercle maintient l’écart. Cleveland joue enfin avec du cœur. Bien aidé par un arbitrage parfois clément en sa faveur, King James monte en régime. Toronto marque le pas défensivement, et il n’en faut pas plus au natif d’Akron pour rappeler au Air Canada Centre d’un tir à mi-distance au buzzer de la mi-temps, que malgré la fatigue qui s’est emparée de son corps depuis quelques jours, il reste le patron. Toronto est prévenu, LBJ est en train de se réveiller (63-61).

Toronto s’est écroulé
Au retour des vestiaires, les Canadiens jouent à l’envers, et les Cavaliers en profitent pour leur coller un 11-2. Une aubaine pour Cleveland qui sans forcer son talent profite des absences défensives incroyables de leurs hôtes du soir pour prendre confiance. Love continue de se montrer précieux derrière la ligne à 3-points mais aussi défensivement comme l’atteste son contre sur DeRozan (77-68). L’ancien franchise player de Minnesota est l’homme de ce 3e quart temps. Tir à longue distance, jeu poste bas, il affiche toute sa panoplie offensive au grand dam des fans Canadiens qui ne comprennent pas comment leurs joueurs peuvent sombrer une nouvelle fois mentalement face aux Cavaliers (89-75).

La confiance est dans les rangs des visiteurs maintenant. LeBron James ne rate tout simplement plus rien et cela devient écœurant (Pascal Siakam peut en témoigner…). Le roi a enfilé sa cape et sa couronne et c’est tout le Canada qui a pris un coup derrière la tête. A 12 minutes du terme, Cleveland a le match en main (98-87).

LeBron James est un robot !
C’est un véritable supplice que vivent les fans des Raptors. Mais comment ne pas être en admiration face au récital de LeBron James. Que l’on aime ou non sa façon de jouer, on ne peut pas nier que cet homme marque nuit après nuit l’histoire du basket. Sa seconde période est tout simplement exceptionnelle, Toronto n’a aucune solution et l’écart se rapproche des 20 points (109-91).

La fin de match est un calvaire pour les Raptors qui ont pris une véritable claque ce soir (128-110). Au-delà du score, la manière inquiète encore plus, car dans l’adversité, Toronto semble s’écrouler à chaque fois. Année après année… Les hommes de Dwane Casey ont deux jours pour se préparer à tout donner pour empocher le match 3, et faire mentir cette stat incroyable : depuis que LeBron James est en NBA, il n’a perdu qu’une seule fois sur son parquet face à Toronto (28-1). A Toronto de 

Retour à l'accueil