Les Warriors envoient un message fort à Houston en remportant le game 1 des finales de Conférence

Les Golden State Warriors ont réussi un joli coup lundi soir en débutant la finale de Conférence Ouest par une victoire sur le parquet des Houston Rockets (119-106). Un succès qui rend aux Californiens l'avantage du terrain. Kevin Durant (37 pts) et James Harden (41 pts) ont brillé.

Dans ce que tous les observateurs et fans considèrent être les Finales avant l'heure, les Golden State Warriors ont envoyé un message fort en remportant le match 1 de la finale de Conférence Ouest face à Houston, sur le parquet des Rockets (119-106). Portés par un Kevin Durant décisif (37 pts à 14/27, 3 rbds), bien aidé par Klay Thompson (28 pts), les Californiens ont su réagir après une entame de partie à l'avantage des locaux, pour finalement dominer les débats à partir du milieu de deuxième quart-temps. En face, James Harden (41 pts à 14/24, 7 pds) a certes livré un gros match mais il est parfois tombé dans la caricature du jeu individuel, ce qui a fini par plomber son équipe.

2
Houston a concédé lundi soir sa deuxième défaite à domicile sur les play-offs. Harden et consort avaient cédé lors du match 2 du deuxième tour face au Utah Jazz (116-108).

Tout avait bien commencé pour Houston, qui a rapidement mené 9-2 avant de voir le champion en titre réagir (13-12). Une nouvelle accélération des hommes de Mike D'Antoni (21-12) a laissé penser que Golden State allait vivre une soirée compliquée face à la franchise qui a terminé la saison régulière en tête à l'Ouest mais Durant et Thompson ont alors entamé leur long travail de sape, permettant aux Dubs de revenir à un point à l'issue du premier quart (30-29). Les débats se sont équilibrés dans la deuxième période et Houston est parvenu à s'accrocher alors que leurs adversaires ont un temps pris l'ascendant (49-42). À la pause, les deux équipes ont rejoint les vestiaires à égalité (56-56, 24e).

Les Warriors avaient trop de solutions
L'opposition entre deux équipes au jeu finalement très similaire, porté vers le «small ball» et le shoot à trois points, a définitivement viré en faveur des visiteurs en milieu de troisième quart. Alors que Houston s'en est trop souvent remis à James Harden pour répondre aux banderilles plantées par les Warriors, ces derniers ont peu à peu creusé l'écart grâce à tous leurs attaquants, Durant en tête. Stephen Curry - plus en retrait car ciblé en défense et plutôt bien tenu en attaque - a tout apporté sa contribution (18 pts à 8/15, 6 rbds, 8 pds) tandis que Draymond Green s'est comme toujours occupé du travail de l'ombre (5 pts, 9 rbds, 9 pds), notamment défensif.

En léger manque de réussite longue distance (13/37, 35,1%), Houston n'a pas pu compter sur autant d'éléments pour entretenir le suspense. Si Chris Paul (23 pts à 8/17, 11 rbds) a été au niveau et Eric Gordon plutôt bon en sortie de banc (15 pts à 6/13), les Rockets n'ont pas trouvé d'autre relais, ce qui a poussé James Harden à souvent tenir le ballon et terminer les actions sur des un-contre-un. Une aubaine pour les protégés de Steve Kerr qui ont alors fait la différence en abreuvant Kevin Durant de ballons dès qu'il a eu l'avantage de taille, tout en profitant de l'adresse de Klay Thompson pour répondre à chaque tentative de retour de leurs vis-à-vis.

21
Le banc de Houston a inscrit 21 points lundi soir (contre 20 pour celui de Golden State) mais seulement deux joueurs ont marqué : Eric Gordon (15) et Gerald Green (6). En face, quatre joueurs ont contribué : Nick Young (9), Shaun Livingston (7), Kevon Looney (2) et David West (2).

Avec une circulation de balle plus aboutie (24 passes contre 18) et une agressivité plus souvent récompensée par le corps arbitral (23 fautes obtenues contre 17), Golden State a également fait la différence en se montrant plus efficace au tir (52,5% sur le match). De quoi compenser la domination de Houston aux rebonds (42-37), un détail à régler pour le match 2. Les corrections à envisager sont bien plus nombreuses pour les Rockets, qui ont payé d'emblée pour constater sur le terrain que limiter le seul Stephen Curry à moins de 20 points ne suffira pas à faire jeu égal sur la série, dont le match 2 (jeudi) sera déjà capital pour les Texans.

Retour à l'accueil