Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Monstrueux en défense et lucides sur les dernières possessions, les Celtics s’imposent au forceps à Philadelphie (101-98 après prolongation) et sont désormais quasi assurés de se qualifier pour la finale de la conférence Est. Parfait relais de Brad Stevens sur le parquets, Al Horford (13 points, 6 rebonds, 3 contres, 2 interceptions) est l’homme du match avec deux actions décisives dans les dernières secondes.

Les Sixers sur courant alternatif
Le Wells Fargo Center est en feu dès la présentation des équipes, et les joueurs locaux démarrent plutôt bien, avec un Joel Embiid énergique poste bas, et un très bon Ben Simmons à la baguette. Mais Tatum calme les premières ardeurs de Philly par cinq points de suite et donne ainsi la main à son équipe (10-6). Premier arrêt de jeu pour Brett Brown, qui ne veut pas laisser les visiteurs prendre trop confiance.

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Mais les Celtics savent parfaitement ce qu’ils font, et ils continuent de jouer sur le même rythme et de parfaitement exécuter les systèmes de leur coach. Les Sixers sont à l’arrêt en attaque, mais le retour de Embiid fait le plus grand bien aux hommes au maillot blanc, qui retrouvent (un peu) de couleurs (17-12). Le pivot Camerounais fait un gros chantier des deux côtés du terrain et les Sixers se remettent sur les rails, bien épaulés par les snipers Bellinelli et Redick. Après douze minutes très intenses défensivement, les hommes de Coach Brown possèdent une courte avance malgré un manque de fluidité criant dans leurs mouvements offensifs (20-19).

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Les hommes en noir et vert ne se laissent pas impressionner par le bruyant public local, et ils réagissent très rapidement par le duo Morris-Baynes, qui déménage dans la raquette. Le jeu des locaux ne passe que par les mains d’Embiid en attaque, bien gêné par l’intense défense de Boston, qui ferme l’accès au cercle et ne laisse aucun shoot facile. Malgré une troisième faute de Tatum, les joueurs du Massachusetts prennent un petit matelas d’avance (35-25). Nouvel arrêt de jeu pour Brett Brown, et l’effet est immédiat : Dario Saric retrouve enfin la mire et il vole deux ballons de suite pour permettre aux siens de revenir à une possession (40-37). Le Wells Fargo Center retrouve de la voix, et explose après une superbe passe dans le dos de Simmons pour l’énorme dunk de Jojo Embiid sur Baynes, qui fini allongé sous le cercle après avoir pris un 36 tonnes immatriculé à Yaoundé de pleine face. En terminant ce quart-temps sur une meilleure note, les Sixers rejoignent les vestiaires avec l’avantage au tableau d’affichage (51-48).

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Une intensité incroyable
Les Celtics retrouvent le parquet avec la ferme intention de ne pas laisser les Sixers prendre leur jeu à leur compte. Baynes montre les muscles sur Embiid, et Rozier plante deux banderilles de loin pour redonner l’avantage aux C’s (60-59). Les locaux savent qu’ils doivent absolument remporter ce match, mais Simmons et compagnie n’arrivent pas à définitivement poser leur patte sur cette rencontre, face à des adversaires gonflés à bloc et qui jouent sans se précipiter. Terry Rozier continue de marcher sur l’eau, bien secondé par un incisif Shane Larkin, et ils passent la vitesse supérieure en attaque, pour remettre les locaux une nouvelle fois contre les cordes.

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Le public est silencieux, et ils voient leurs protégés légèrement distancés au score (69-64). L’entrée de T.J McConnell fait beaucoup de bien à son équipe, lui qui joue le chien de garde sur un Marcus Smart qui prend deux fautes de suite, avant de terminer près du cercle après une superbe pénétration. Les arbitres ont le coup de sifflet facile dans ces derniers instants du troisième quart et les Celtics sont toujours en tête (69-68).

Les Sixers ont douze minutes pour se ressaisir, et les esprits s’échauffent entre les deux big man Aron Baynes et Joel Embiid, après un duel poste bas sur lequel l’intérieur Australien pousse le numéro 21 local dans le dos après une faute. Ce petit incident de jeu réveille les fans, qui se lèvent à nouveau pour jouer leur rôle de sixième homme mais le score ne bouge que très peu (77-77).

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Le jeu se ralentit et chaque possession est ultra précieuse à l’entrée du money time. Ben Simmons rate par deux fois l’occasion de donner l’avantage aux siens, par un dunk raté puis par un double pas renversé qu’il ne maitrise pas. L’atmosphère est tendue, et les Sixers jouent avec le frein à main, semblant un peu trop subir la pression d’une victoire obligatoire (81-81). Embiid écrase un dunk énorme sur Horford, et porte son équipe sur ses épaules des deux côtés du terrain. À 60 secondes du terme, tout reste à jouer !

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

Horford, le saint patron des verts

Les jeunes loups des Sixers Simmons et Embiid sont accompagnés par le trio vétéran Belinelli-Redick-Ilyasova. Malgré deux lancers francs de l’Italien, les Sixers se laissent aller et prennent deux paniers de suite, par Brown puis après un ballon perdu bêtement sur une attaque posée. L’ancien Spurs sauve les siens d’une troisième défaite dans la série par un shoot au buzzer. Prolongation (89-89) !

Les Sixers démarrent tambour battant cette période supplémentaire, par leur arrière italien et J.J Reddick qui rendent fou la défense adverse. Deux paniers longue distance et une bonne défense locale, et voici les Sixers qui comptent deux petits points d’avance à une minute du terme (98-96). Mais les locaux jouent avec le feu sur les ultimes possessions, et Horford en profite pour redonner l’avantage aux siens à 5 secondes du terme, le Wells Fargo étouffe ! Sur la dernière remise en jeu, le pivot dominicain vole un ultime ballon et offre un troisième succès de suite aux siens (101-98). Dans un silence de cathédrale, les Celtics mènent 3-0, et les voilà qui ont un pied et demi en finale de conférence ! Sans Kyrie Irving, ni Gordon Hayward…

Les Celtics climatisent Philadelphie et se dirigent vers la finale de Conférence (3-0)

«Brad est un génie»

«Brad est un génie», n'a pu s'empêcher de lâcher Horford à l'issue de la rencontre, conscient que c'est grâce au système élaboré par son coach qu'il a pu marquer, face à Covington, le dernier panier du match, celui qui a permis aux Celtics de mener pour la première fois de la prolongation, à cinq secondes à peine de la sirène. Et d'éteindre, sans doute pour de bon cette saison, les espoirs de 76ers spectaculaires et imprévisibles, mais encore trop tendres pour gagner ce genre de match à part. 

Retour à l'accueil