NBA Playoffs : Anthony Davis et les Pelicans arrachent le Game 1 à Portland

Anthony Davis était fâché ! La star des Pelicans s'est démultipliée pour mettre à terre les Blazers dans leur salle (95-97) samedi, la seule surprise des cette première nuit de playoffs. Davis signe là sa première victoire en plaoyffs de sa carrière. Avec 35 points, 14 rebonds et 4 contres, l'intérieur a survolé et a contribué à limiter les vedettes adverses Damian Lillard et CJ McCollum.

Alors que la plupart des observateurs ont donné les Portland Trail Blazers gagnants de la série qui les oppose au premier tour des play-offs face aux New Orleans Pelicans, ces derniers ont prouvé samedi soir qu'ils ne se feront pas si facilement sortir après avoir bataillé toute la saison pour se qualifier, surmontant notamment la grave blessure de DeMarcus Cousins, un de leurs joueurs majeurs. Chez les Blazers, les visiteurs ont réussi à s'imposer (97-95) après avoir compté jusqu'à 19 points d'avance. Surtout, ils ont résisté au retour des hommes de Terry Stotts dans les derniers instants.

1
Anthony Davis a remporté le premier match de play-offs de sa carrière NBA. En 2015, les Pelicans avaient été balayés 4 à 0 par les Golden State Warriors
.

La grosse maladresse de Portland (37,8%) n'a pas aidé la franchise à s'en sortir dans un match où ses deux stars, Damian Lillard (18 pts à 6/23, 7 rbds, 7 pds) et C.J. McCollum (19 pts à 7/18) n'ont pas été au niveau espéré. Difficile dès lors de résister face à un Anthony Davis impossible à arrêter (35 pts à 14/26, 14 rbds, 4 ctrs). Le pivot est l'élément clé de ce duel du premier tour : Portland ne s'en sortira qu'en trouvant une solution face à «AD», tout en limitant l'apport de ses lieutenants. Samedi, au Moda Center, Jrue Holiday (21 pts, 7 rbds) et Nikola Mirotic (16 pts, 11 rbds, 4 ctrs) ont largement contribué.

La performance mémorable pour Rajon Rondo
Meneur de génie mais souvent impossible à gérer, Rajon Rondo a semble-t-il trouvé sa place chez les Pelicans, dans un rôle de distributeur de passes décisives. Sans vraiment peser au scoring (6 pts à 3/9), l'ancien joueur des Boston Celtics a terminé la partie avec 17 passes décisives au compteur, sur les 26 de son équipe. Sa disponibilité et son intelligence de jeu ont été particulièrement louées par son entraîneur Alvin Gentry.

«Il se sent vraiment en confiance, surtout à ce moment de l'année, a estimé le technicien. C'est un joueur intelligent. Un des plus intelligents que j'ai coachés. Et j'ai eu l'opportunité d'entraîner Stephen Curry, Chris Paul, Steve Nash, Grant Hill. Quand on aborde le sujet des joueurs les plus intelligents, il en fait partie. Je pense également qu'il a sa manière de donner confiance aux autres gars. Il leur permet de croire en eux-mêmes.» Peu avare de compliment, Gentry a résumé sa pensée en une phrase : «Ça peut paraître cliché, mais c'est vraiment comme si j'avais un adjoint sur le terrain.»

Cette victoire est double pour les New Orleans Pelicans : en plus d'avoir montré au reste de la NBA que leur équipe est capable de belles choses sur ces phases finales, ils ont récupéré l'avantage du terrain. Il leur faudra le conserver sur leur parquet mais il est désormais tout à fait envisageable d'aller chercher une deuxième victoire à l'extérieur, mardi soir.

Retour à l'accueil