Adoubé par LeBron James, Frank Ntilikina a livré la plus belle prestation de sa carrière

Le meneur français d'origine rwandaise Frank Ntilikina, alias le ‘French Prince’, a faite forte impression devant le roi LeBron James et les Cavaliers. Ses Knicks ont perdu (109-123) mais le jeune homme a délivré la meilleure prestation de sa carrière (17 points, 6 rebonds et 5 passes).

Les Français : Frank Ntilikina séduit même James
La première fois que LeBron James s’apprêtait à croiser la route de Frank Ntilikina, il avait rabaissé indirectement le jeune Français. En effet, un jour avant d’aller défier les Knicks en début de saison, le King clamait haut et fort que les dirigeants new-yorkais avaient fait une erreur en ne sélectionnant pas Dennis Smith Jr. Cleveland venait d’affronter Dallas et le rookie avait marqué les esprits. La pique ne s’adressait pas directement à Ntilikina, drafté en huitième position, juste avant Smith Jr. Elle était destinée à Phil Jackson, ancien président des Knicks avec qui James était engagé dans une querelle verbale l’année précédente. Le jeune meneur était donc un dommage collatéral. Mais malgré tout, il l’a pris à cœur. Il a refusé de se laisser marcher sur les pieds, poussant même – littéralement – le quadruple MVP quand ce dernier s’était planté devant lui en cours de match. Le "French Prince" a gagné le respect du roi ce soir-là.

Cette nuit, avant leurs retrouvailles, c’est un discours bien différent que tenait James à propos de l’ancien joueur de la SIG (où il côtoyait notamment Romeo Travis, un ami d’enfance de LeBron). “Il sait comment jouer. Il est très cérébral. Il n’a pas arrêté de progresser en attaque et il est bon en défense depuis le début“. Des louanges, enfin. Plutôt que de s’écrouler sous la pression, Ntilikina a été à la hauteur des compliments. Les Knicks se sont inclinés contre les Cavaliers (109-123) avec 26 points, 6 rebonds et 11 passes du meilleur joueur du monde. Mais le Français n’a pas démérité. Il a même tout essayé pour faire gagner les siens.

Il a délivré la plus belle prestation de sa carrière. 17 points – un record personnel – à 8/16 aux tirs avec aussi 6 rebonds, 5 passes, une interception et un contre. Il a même terminé avec un différentiel positif (+3) en passant 40 minutes sur le parquet alors que son équipe a perdu. Il était dans tous les bons coups et il a effectivement montré l’étendue de ses progrès en attaque. Frank Ntilikina ose plus, tout simplement. Le jeu collectif est ancré dans l’ADN de cet organisateur mais il n’hésite plus à agresser balle en mains. A foncer au cercle. Et tout simplement à tenter sa chance. Ce travail, presque autant mental que technique, si ce n’est plus, finit par porter ses fruits. Et ça fait vraiment plaisir.

Retour à l'accueil