Philadelphie assuré de terminer la saison régulière avec plus de victoires que de défaites

Vainqueurs des Timberwolves à domicile samedi (120-108), les Sixers sont assurés de clore la saison régulière avec plus de victoires que de défaites. Une première depuis 2012.

Ne cherchez pas pourquoi tant d'équipes «tankent» (perdent volontairement pour avoir un meilleur choix de Draft) cette saison. La profusion d'intérieurs intéressants sortant de NCAA (Ayton, Bagley III, Bamba, Carter, Jackson Jr...) est un facteur. Un autre est l'exemple donné par Philadelphie, une équipe qui retire enfin les fruits de multiples années de misère volontaire (22,9% de victoires entre 2013 et 2017) avec un effectif jeune, attractif, peu cher et qui a encore des perspectives d'amélioration réjouissantes (vrais débuts reportés du n°1 de la Draft Markelle Fultz, grande disponibilité dans la masse salariale).

Quatrièmes de la conférence Est, les 76ers, une des plus vieilles franchises de la NBA, ne sont pas encore qualifiés pour leurs premiers play-offs depuis 2011-2012 (la saison du dernier lock-out). Il leur manque juste une défaite des Pistons pour l'officialiser. Mais après avoir obtenu samedi face à Minnesota leur sixième victoire consécutive (120-108), ils sont assurés de terminer avec un bilan positif à l'issue d'une saison régulière complète (82 matches), une première depuis 2005, quand il y avait dans l'effectif des joueurs aussi forts qu'Allen Iverson, Andre Iguodala et Chris Webber (arrivé en cours de route).

Le nouvel objectif fixé par Joel Embiid : finir à 50 victoires, soit 8 à aller chercher en 10 matches

Ce succès face aux Timberwolves, obtenu sans le Français Timothé Luwawu-Cabarrot, a une nouvelle fois été marqué du sceau de Joel Embiid et Ben Simmons. Le premier, qui s'est permis un mini moulin à vent (voir ci-dessous), a remporté son duel de pivots All-Stars face à Karl-Anthony Towns, limité à 3/15 aux tirs. Même si taquin comme à son habitude, le Camerounais a tenu à signaler que «ce n'était pas un vrai un-contre-un car si j'ai toujours défendu sur lui, l'inverse n'a pas été vrai». Quant à Simmons, il a signé son 10e triple-double de la saison (15 points, 13 passes, 12 rebonds), estimant mériter pour cela le trophée de meilleur rookie de l'année. Pas sûr que l'arrière d'Utah Donovan Mitchell, le seul débutant à plus de 20 points de moyenne, soit d'accord.

Les autres matches
Hormis le duel entre Houston et New Orleans écrasé par les Rockets (114-91), ils opposaient des équipes qui ne sont pas en position de disputer les play-offs. Orlando, sans Evan Fournier (genou), a repoussé Phoenix, sans Devin Booker (main) (105-99). Charlotte, sans Nicolas Batum (tendon d'Achille), a gagné à Dallas (102-98) avec 23 rebonds de Dwight Howard (53 en 2 matches !). Les LA Lakers sont allés s'imposer à Memphis (100-93) avec 15 des 25 points de Kyle Kuzma dans le dernier quart-temps. Detroit a mené de bout en bout contre Chicago (117-95).

Retour à l'accueil