Les Sixers s'imposent sur le parquet de Cleveland

Les Sixers ont décroché un succès autoritaire à Cleveland (108-97) jeudi, et en ont profité pour multiplier les appels du pied à LeBron James, qu'ils rêvent de recruter l'été prochain.

En début de semaine, d'étonnants panneaux routiers situés sur le chemin de la salle des Cavaliers incitaient LeBron James à rejoindre les 76ers l'été prochain. La manoeuvre, financée par un riche fan de Philadelphie, permettait de contourner la règle qui interdit à une franchise NBA de solliciter un joueur appartenant à une équipe concurrente. Elle permettait aussi de rappeler que le «King», agent libre dans quelques mois, sera libre de signer où bon lui semble... 

Jeudi, les joueurs ont pris le relais en prouvant directement à James le potentiel de leur jeune effectif : sur le parquet des Cavaliers, les Sixers ont en effet livré un match très solide (108-97) qui leur a permis de confirmer leur excellente dynamique (8v-2d depuis un mois). Ils ont notamment fait preuve d'un sang-froid admirable dans le money time, où ils ont répondu au retour des Cavaliers (95-94 à 2:25 du buzzer) en marquant huit points d'affilée. 

JJ Redick (22 points), Ben Simmons (18), Joel Embiid (17) et Dario Saric (16) ont tous brillé, ce dernier inscrivant un trois points décisif avant de provoquer, suite à un dunk dans les ultimes secondes, l'exclusion de Jordan Clarkson, auteur d'un mauvais geste de frustration. James a tout tenté (30 points, 9 rebonds, 8 passes) ; en vain. «Nous sommes fiers de cette victoire, s'est félicité le coach des 76ers, Brett Brown. Dès que vous battez une équipe où évolue LeBron James, c'est que vous vous êtes plutôt bien débrouillés.»

Les protagonistes des 76ers, conscients des rumeurs liant James à leur franchise, n'ont pas hésité à les nourrir après la rencontre. «Il sait (ce qu'il se passe à Philly), a notamment souligné Simmons. Il sait. Il est intelligent. Son QI sur le terrain est incroyable.» Embiid, lui, a filé sur Instagram pour y déclarer que LeBron était «l'un des meilleurs joueurs de l'histoire», accompagnant sa photo d'un hashtag pour le moins éloquent : #summer2018goals. Le feuilleton ne fait sans doute que commencer. 
 

Retour à l'accueil