LeBron James et les Cavaliers renversent les Raptors

Grâce à un LeBron James inspiré et décisif, les Cleveland Cavaliers ont fini par dominer les Toronto Raptors (132-129) après avoir compté 15 points de retard à la mi-temps.

Même privé de cinq coéquipiers et de son entraîneur, LeBron James reste le « King », capable de renverser des montagnes quasiment à lui seul. Mercredi soir, la star des Cleveland Cavaliers a porté son équipe lors de la victoire (132-129) face aux Toronto Raptors, leaders de la conférence Est, dans ce qui pourrait être un aperçu des play-offs à venir. Les Cavaliers ont réussi cet exploit après avoir été menés de quinze points à la pause (79-64, soit le record de points encaissés par une équipe de LeBron James en première mi-temps) et ne pouvant pas compter sur Tristan Thompson, Larry Nance Jr, Cedi Osman, Rodney Hood (tous blessés) et Kyle Korver, qui avait appris plus tôt dans la journée le décès de son jeune frère. A cela s’ajoutait bien sûr l’absence de Tyronn Lue, l’entraîneur, pour raisons de santé.
 
Mais il en aurait fallu plus pour décourager LeBron James qui, le matin même, avait affirmé : «Tant que je joue, on a une chance.» Après la rencontre, il soulignait : «On est revenus en étant plus agressif que ce soit en attaque ou en défense au troisième quart-temps. Et tout le monde a contribué sur le terrain.» Dans une Quicken Loans Arena qui est peu à peu montée en température, les Cavaliers se sont donnés de l’espoir grâce à une défense resserrée, avec plus d’énergie et, surtout, d’efficacité face aux tirs longue distance (2/10 à trois points pour Toronto dans le troisième quart-temps). Ensuite, LeBron James a pris les choses en main au cours d’un quatrième quart-temps qu’il a survolé avec quinze points et cinq passes décisives. A six minutes de la fin, c’est lui qui a égalisé (112-112) d’un dunk rageur après avoir débordé Jakob Poeltl.

Et puis, à 27 secondes de la fin, il a délivré un bijou de passe décisive, quasiment à l’aveugle, pour Kevin Love qui, dans le coin, n’a pas manqué la cible pour le 1000e panier à trois points de sa carrière. 128-124, l’écart était fait et Toronto n’allait pas s’en remettre. «On est allés la chercher très loin cette victoire, a avoué James. Je vous avais dit combien Kevin me manquait, combien il manquait à cette équipe. Quand j’attaqué le cercle, je savais qu’il sera là dans le corner et voilà. » Avec cette offrande, James a terminé avec dix-sept passes décisives pour aucune perte de balle, ce qu’il n’avait jamais réalisé au cours de sa carrière. Il a également accumulé 35 points et 7 rebonds alors que Love a terminé avec un double-double (23 points, 12 rebonds). 

Après coup, James a estimé que cette victoire face au leader de la conférence, Toronto, où Kyle Lowry et DeMar DeRozan ont respectivement marqué 24 et 21 points, n’était pas destinée à envoyer un message aux Raptors comme au reste de la ligue. «C’est une bonne victoire, a estimé James, vu combien on était diminués et avec tout ce qu’il nous arrive mais je n’ai pas besoin de rappeler à qui que ce soit ce dont cette équipe est capable. On ne sait pas encore ce que cette équipe au complet peut faire. Mais pour l’instant, on se bat, on lutte pour rester au-dessus du niveau de la mer. Si on continue à jouer comme ce soir, même avec les blessures et l’adversité, tout ira bien.»

Retour à l'accueil