Houston réalise un nouveau record de franchise en battant la Nouvelle-Orléans

Les Rockets, les leaders de la NBA, ont réussi à contenir la menace Anthony Davis dans un périmètre raisonnable pour accrocher à domicile une huitième victoire de suite (114-91).

Le match
En tête dès la deuxième action du match, Houston comptait une avance à deux chiffres après moins de cinq minutes de jeu (14-4) et n'a plus jamais regardé derrière. Même sans Chris Paul (ischio-jambiers), les Rockets avaient marqué plus du double de points de leur adversaire au milieu de la deuxième mi-temps (49-24) ! Les Pelicans sont revenus au mieux à 14 points (74-60, 33e) et James Harden a inscrit un panier primé dans la foulée... «On était un peu fatigués, a justifié Alvin Gentry, le coach des Pelicans, qui avaient joué trois matches en trois jours (trois victoires) mardi, mercredi et jeudi. C'est pour ça qu'on a mal démarré or ce n'est pas le genre d'équipes face à qui il faut faire ça.»

59
Alors qu'il leur reste 9 matches à jouer, les Rockets viennent déjà de battre leur record de victoires en saison régulière avec 59. Le précédent datait de 1993-1994, l'année du premier des deux titres des Rockets lors de la glorieuse époque d'Hakeem Olajuwon.

Le joueur
Clint Capela avait fort à faire puisqu'il avait comme adversaire direct celui qui sera sans doute élu comme l'an dernier au poste de pivot dans le premier cinq NBA, Anthony Davis. Le Suisse n'a pas cillé face au Monosourcil et s'en est admirablement bien sorti. Au delà de son apport personnel déjà important (18 points à 9/12, 16 rebonds, 6 contres en 28 minutes), il a contribué à minorer l'impact de Davis, même si ce dernier était privé de son passeur n°1, Rajon Rondo (poignet), et que ses stats (25 points à 10/22, 8 rebonds, 4 contres) sont à relativiser puisqu'il n'a pas été aligné lors d'un dernier quart-temps sans enjeu.

Le calendrier
Les Pelicans sont sixièmes de la conférence Ouest avec 58% de victoires. Mais leur billet pour les play-offs (qui serait le premier depuis trois ans) n'est pas validé pour autant puisque le neuvième et premier non qualifié, Denver, reprend du poil de la bête en ce moment (victoire à Washington vendredi) et que le calendrier de Davis et ses coéquipiers n'est pas simple du tout. Leurs trois prochains matches les verront recevoir Portland, aller à Cleveland (qui retrouve progressivement ses blessés) et accueillir OKC. Sachant qu'il leur reste aussi des matches à jouer contre Golden State et San Antonio. Attention danger.

Retour à l'accueil