Toronto a eu le dernier mot face à un énorme Victor Oladipo (36 points, 6 passes et 7 rebonds)

Dans un match où les attaques auront pris le pas sur les défenses, les Raptors fait la différence dans le money time pour s’imposer 120-115 face aux Pacers. DeMar DeRozan (26 points) a une nouvelle fois répondu présent, épaulé par un épatant Jakob Poeltl (18 points et 6 rebonds) qui signe la meilleure performance de sa carrière. En face, Victor Oladipo en a mis plein les yeux pour finir avec 36 points dont des actions de très grande classe.

Malgré un bon Myles Turner, Toronto contrôle le rythme dans ce début de rencontre. Kyle Lowry à la passe puis à longue distance permet à son équipe de mener dans ces premières minutes (14-8). Petit à petit, Indiana monte en puissance. Dans le sillage d’un duo Collison/Oladipo dans tous les bons coups, les Pacers infligent un 14-0 à leurs adversaires (26-18). La balle circule bien, une aubaine pour un joueur comme Bojan Bogdanovic qui ne se prive pas pour alimenter le scoring. Les Canadiens peuvent compter sur l’apport très intéressant de Jakob Poeltl. Par son énergie aux rebonds mais aussi son opportunisme offensif, le seul Autrichien de la NBA permet à Toronto de ne compter que 5 points de retard (32-28).

Jakob Poeltl, le facteur X
Mécontent de l’arbitrage, Lance Stevenson le fait savoir aux arbitres et écope d’une faute technique. Face à son ancienne équipe, CJ Miles, d’un tir à 3-points, permet à son équipe de revenir à seulement un point (32-31). Toronto semble avoir laissé passer l’orage du premier acte. Jakob Poeltl et Fred VanVleet continuent de briller et permettent à leur équipe de reprendre les commandes de ce match (42-36).
Victor Oladipo maintient sa bonne forme du début de rencontre. L’arrière est en feu. Grâce à ses 8 points consécutifs dont un joli dunk, Indiana reste dans ce match. La fin de second acte est très disputée. Les deux équipes se rendent coup pour coup, mais c’est bien les Canadiens grâce à DeRozan et à Jonas Valanciunas dans la raquette qui mènent à la pause dans un match très serré entre deux équipes très proches l’une de l’autre (63-58).

La mi-temps, n’a pas calmé les ardeurs de DeRozan, qui en dépit parfois de choix de tirs un peu bizarres, continue de s’occuper du scoring côté Toronto. Mais, il sait aussi se transformer en passeur en envoyant Valanciunas claquer un joli alley oop dans les hauteurs de l’Air Canada Center. Les Raptors ont débuté de façon très sérieuse ce 3e quart temps (74-63). Indiana souffre, mais peut compter sur Oladipo pour ne pas se faire distancer, malgré la réussite à longue distance de Serge Ibaka mais aussi de Lowry (81-74). Il faut un très bon Ibaka dans ce 3e acte pour tenir tête à Oladipo. Malgré le tir à 3-points à 3 secondes du buzzer du local de l’étape Cory Joseph, Toronto reste devant (94-89).

Toronto contrôle le money time
Cette saison, les Raptors sont invaincus quand ils mènent après trois quarts-temps. La tâche est donc très compliquée pour les hommes de McMillan. Thaddeus Young ramène les Pacers sur les talons de leurs adversaires (94-93), mais Powell se montre décisif au bon moment. Son panier avec la faute et son tir primé redonnent 8 points d’avance à Toronto (103-95).

Héroïque jusqu’à présent, Oladipo semble marquer le pas au plus mauvais des moments à l’image de ses deux pertes de balles coup sur coup. Toronto semble se diriger vers une victoire facile surtout quand Jakob Poeltl contre Collison et Lowry en contre-attaque termine l’action (111-98). Cette action enflamme le Air Canada Center. Pourtant, Toronto va se faire peur dans cette fin de match. La faute à des Pacers qui jettent toutes leurs forces dans la bataille. Mais leur retour à 116-111 à 30 secondes de la fin est insuffisant pour empêcher les Raptors de revenir à la hauteur des Pistons, à la 3e place de la conférence Est.

Retour à l'accueil