Les Lakers enchaînent face aux Kings

Pas nécessairement brillants face aux Bulls, mais victorieux, les Lakers pouvaient confirmer avec une 3e victoire de suite s’ils venaient s’imposer à Sacramento.

Seulement, chez le voisin californien, les joueurs de Luke Walton ont rapidement pris une vague et ils ont lutté toute la partie pour revenir sur le rivage. En vain. Les Kings ont à chaque fois trouvé les solutions pour maintenir l’écart (113-102).

Zach Randolph fait de la résistance
Los Angeles aime courir. Quand ce n’est pas possible, alors la fluidité disparaît offensivement et tout devient plus compliqué. En début de partie, les Lakers ont joué sur le rythme des Kings, ce qui les a bridés. En face, le papy Zach Randolph s’est régalé de pouvoir proposer ses mouvements offensifs. L’ancien intérieur des Grizzlies (22 points) a été le meilleur joueur de ce quart-temps marqué par le 13-0 des siens. Habituellement peu offensifs, les Kings passent 31 points à leur adversaire (31-19).
Il faut donc l’entrée de Julius Randle et sa volonté d’attaquer le cercle pour redonner du souffle aux Lakers. Lonzo Ball peut bien réussir un magnifique alley-oop, il ne parvient à imprimer ses courses, son rythme et ses transitions à la partie. L’effort des Lakers ne se confirme pas sur le durée et l’écart demeure à la pause (54-41). Sans oublier que les Kings ont été très soucieux avec la balle, ne la perdant que très peu en première période.

Le banc des Kings inscrit 60% des points !
Encore une fois, après la pause, les pénétrations tranchantes de Brandon Ingram offrent des points aux joueurs de Luke Walton, mais il est bien seul. Défensivement, Los Angeles fait le minimum et ne parvient pas à éteindre totalement un excellent Willie Cauley-Stein ou un très bon Bogdan Bogdanovic (76-67). Avec un banc à ce niveau (67 points !), les Kings n’ont jamais semblé en danger. Ils entament même le dernier quart-temps avec un rapide 5-0 comme pour bien faire comprendre aux Lakers qu’ils peuvent accélérer quand ils désirent.

Willie Cauley-Stein s’offre deux dunks pour son meilleur match de la saison (26 points) et faire plaisir au public, et Sacramento s’impose 113-102 dans une partie bien maîtrisée avec quelques coups de chaud. C’est à souligner puisqu’ils n’avaient pas dépassé les 100 points depuis six matches…

Retour à l'accueil