Battus à domicile par les Portland Trail Blazers (91-103), les New York Knicks ont offert à Joakim Noah trois minutes de jeu. Son premier passage sur le parquet depuis février.

Battus à domicile par les Portland Trail Blazers (91-103), les New York Knicks ont offert à Joakim Noah trois minutes de jeu. Son premier passage sur le parquet depuis février.

Jamais vraiment rentrés dans leur match, et toujours privés d’Enes Kanter, les Knicks s’inclinent à domicile face à des Blazers qui enchainent leur troisième succès de suite à l’extérieur (103-91). Dans une rencontre marquée par le retour Joakim Noah, entré en jeu lors du second quart-temps, on retiendra les 32 pts à 50% aux tirs de Damian Lillard.

Tony Parker n'est pas le seul joueur français à avoir effectué son retour sur les parquets de NBA lundi soir. Si celui du meneur de jeu de San Antonio était attendu, car annoncé, l'entrée en jeu de Joakim Noah en cours de deuxième quart lors de la rencontre entre les New York Knicks et les Portland Trail Blazers était plus surprenante. Absent des feuilles de match des Knicks alors même que sa suspension était levée, «Jooks» a profité du forfait d'Enes Kanter pour intégrer l'effectif des actifs face aux Blazers. Cela ne lui garantissait pas forcément du temps de jeu mais l'entraîneur Jeff Hornacek lui a tout de même donné sa chance à 7 minutes de la pause.

Le public pousse, seulement 3 minutes de jeu
L'annonce de l'entrée en jeu du pivot lui a valu une belle ovation de la part du Madison Square Garden, qui a clairement signifié qu'il souhaitait voir le Frenchie à l'oeuvre. Très actif et expressif, Noah s'est démené pendant son très bref passage sur le terrain : 3 minutes. Le temps de contrer un adversaire sur sa première défense - son atout majeur -, de prendre un rebond défensif et de marquer sur un tir crochet avec la planche. À ce moment-là, les locaux étaient encore menés de 14 points (29-43). Après un horrible enchaînement de balles perdues, dont Noah n'a pas été responsable, il a été rappelé définitivement sur le banc dans la foulée d'une faute, panier en prime, commise sur Maurice Harkless.

Si ces trois minutes ne sont évidemment pas suffisantes pour juger l'état de forme et de compétitivité de Joakim Noah, ce dernier a néanmoins affiché une bonne disponibilité et a sans cesse encouragé ses partenaires. Avec le soutien du public, combiné aux résultats décevants des derniers jours (trois défaites consécutives), il peut espérer grappiller quelques minutes au gré des blessures des autres intérieurs de l'équipe. En attendant mieux, si Jeff Hornacek se décide à lui donner une vraie chance.

Retour à l'accueil