Jamal Murray cartonne face au Magic

Et dire qu’il était en délicatesse avec son tir depuis le début de saison… Cette nuit, Jamal Murray a connu une véritable explosion offensive avec 32 points (12/21), tout simplement son record en carrière. Cette adresse est la principale explication du large succès de ses Nuggets face au Magic (125-107). Menant de plus de 20 points dès la pause, Mike Malone s’est principalement appuyé sur son cinq pour faire la différence. Outre Murray, on peut noter les 26 points, 9 rebonds et 5 passes de Will Barton, ou encore le quasi-triple double de Nikola Jokic (12 points, 18 rebonds et 8 passes). Le Magic d’Evan Fournier (18 points), qui a fait meilleure figure en seconde période, a semblé usé dans cette seconde nuit de back-to-back.

Le Magic sortait d’une victoire à Phoenix en passant un bouillon aux Suns avec 128 points inscrits. Un bouillon similaire l’attend ce soir. L’homme à suivre côté Nuggets, c’est Nikola Jokic. Dès les premières possessions, il attire les prises à deux et joue à merveille son rôle de point de fixation. Le pivot enclenche la bonne circulation de balle face à des rotations du Magic en retard. Jamal Murray et Will Barton sont déjà là pour planter derrière l’arc. Jokic encore se retrouve à la conclusion d’un pick avec son poste 4, Paul Millsap, ou bien à la passe, volleyée, vers Barton seul dans le corner (20-12).
Vucevic est dans la souffrance tandis qu’Evan Fournier tente de limiter la casse en attaque. L’entrée d’Emmanuel Mudiay, qui sort de son meilleur match en saison face au Thunder, est remarquée. Seul en transition, il score tranquille à 3-points, puis il drive. Barton et lui sont tellement agressifs vers le cercle, ils gagnent leurs duels dans les un-contre-un. Et quand Mudiay ne peut finir au cercle, il ressort vers un Murray incandescent. À la toute fin de quart-temps, le Joker score à trois dans le corner, après un stepback et sur un pied (39-23) ! Le Serbe a déjà tout fait.

La défense naïve du Magic
Y compris se prendre une technique derrière, pour avoir gentiment tapoté sur la poitrine de Biyombo, qui venait… d’en faire de même sur sa poitrine. Cette drôle de séquence ne sort pas Jokic de son match qui sort derrière l’action du match : du milieu de terrain, il propulse Faried au alley-oop. « Ooh, that too high ! », regrette le commentateur. Trop haut de rien du tout ! Le Manimal capte la balle et écrase le cercle. Déjà + 20 au score (46-26). Orlando, malgré de bons tirs, manque d’adresse et reste bloqué à 26 pendant de longues minutes. Speights (19 points) débloque le compteur à trois… avant de se faire enrhumer sur un eurostep de Mudiay derrière. De son côté, Murray profite encore d’un switch naïf où Vucevic est beaucoup trop loin pour sortir sur lui derrière l’arc. Ça rentre encore à trois pour lui, déjà 22 points pour l’arrière. Soit quasiment autant que l’avance de son équipe à la pause (70-47).

Barton et Murray terminent le match
L’écart grimpe jusqu’à 30 points dans le 3e quart-temps (89-59), pour les Nuggets qui continuent de défendre et de courir. Avec l’adresse de Murray encore, qui profite de la bonne circulation de balle des siens en envoyant son 6e tir primé du match. Malgré cet écart, Malone décide étonnamment de maintenir ses titulaires sur le parquet.
En face, les remplaçants du Magic sont en place… et ils font le travail. Avec l’adresse de Speights et l’activité de Simmons (18 points), Orlando recolle à – 13. La volonté de revenir est évidente, où l’instar de ce double contre du Magic sur une contre-attaque adverse. Action sur laquelle le rookie Isaac se tord la cheville après un contre. Mais ces efforts sont vains. Car Murray et Barton finissent par terminer le travail avec leurs shoots extérieure.

Troisième victoire de rang pour les Nuggets (8-5) qui se retrouvent 3e à l’Ouest, à égalité avec les Spurs. Le prochain match sera face à Portland, un concurrent direct dans la course aux playoffs. Le Magic poursuit son road trip à l’Ouest du côté de San Francisco le même soir.

Retour à l'accueil