Ben Simmons porte les Sixers face au Jazz

Battus par les Warriors samedi, après avoir compté jusqu’à 24 points d’avance, les Sixers se sont rassurés face à une équipe d’Utah toujours diminuée par l’absence du tandem Gobert-Johnson. Après une première mi-temps très moyenne, Ben Simmons a étalé toute sa classe en seconde période pour porter Philly vers une victoire facile (107-86). Le rookie australien termine la rencontre avec 29 points et 10 rebonds. Toujours aussi grande gueule, Embiid moins en vue signe tout de même un double double avec 15 points et 11 rebonds.

Le début de match des deux équipes est un peu compliqué avec très peu d’adresse de chaque côté. Il faut l’entrée de TJ McConnell pour réveiller les jeunes Sixers. Par son énergie et sa qualité de drive, le meneur remplaçant de Philadelphie permet à son équipe de prendre les rênes de la partie (15-11). Défensivement, les Sixers sont dans le coup. Ils profitent aussi de la maladresse de leurs adversaires (5/20 aux tirs) pour prendre 10 points d’avance. Revenu sur le parquet pour terminer le quart-temps, Joel Embiid s’essaie à plusieurs reprises de loin, mais sans succès. Malgré le manque d’adresse du géant camerounais, c’est bien Philly qui mène les débats (25-15), grâce au très bon passage de McConnell (8 points dans le quart-temps).

L’apport positif d’Amir Johnson
En termes de spectacle, ce n’est quand même pas la joie. Surtout quand deux jours plutôt les hommes de Brett Brown devant leurs fans ont livré une belle partie face aux champions en titre. Dans ce début de second quart-temps, malgré le retour aux affaires de Ben Simmons, les Sixers ont du mal. Heureusement pour eux le Jazz n’en profite pas, malgré un petit rapproché au score (29-23).

Le jeu de passe si cher à Brett Brown a du mal à se mettre en place ce soir. Malgré ça, Phily continue de dominer et notamment à l’intérieur où l’absence de Rudy Gobert se fait sentir. Du banc le grand Rudy doit souffrir de voir Amir Johnson se promener dans la raquette du Jazz (37-29). L’énergie apportée par Johnson est très bonne notamment aux rebonds (9 prises à la pause). Appelé par Brown pour finir le quart-temps, Embiid emboite le pas de son back up et fait lui aussi souffrir Ekpe Udoh et Derrick Favors. Avec 11 points et 7 rebonds à la pause, l’ancien de Kansas semble monter en régime et son équipe domine les débats à la pause (47-36)

Ben Simmons en feu après la pause
Le 3e quart temps est une promenade de santé pour les Sixers. Dépassée et sans idée le Jazz n’y est plus du tout et JJ Redick et Ben Simmons prennent le large (66-45). Timide en 1ère mi-temps, Simmons tourne à plein régime depuis le retour des vestiaires. Sa facilité à s’ouvrir l’accès au cercle est incroyable et le public de Wells Fargo Center se régale devant le talent de l’Australien (70-50). Dans les dernières minutes du 3e quart temps, les Sixers vont connaitre un certain relâchement qui permet à Utah de reprendre confiance. Donovan Mitchell (17 points) et Rodney Hodd brillent et permettent au Jazz de conserver un mince espoir de victoire à 12 minutes de la fin (75-63).

Brett Brown a dû prévenir ses hommes qu’ils allaient dans le mur s’ils relâchaient la pression… Dans le sillage d’un Ben Simmons toujours aussi exceptionnel de justesse et de simplicité, les 76ers reprennent 16 points d’avance à 8 minutes de la fin du match. (86-70). Le Jazz tente de revenir grâce à Thabo Sefolosha mais les Sixers confirment qu’ils ont bien le match en main.

Joel Embiid provoque Donovan Mitchell
C’est le moment choisi par Joel Embiid pour enflammer le Wells Fargo Arena. Alors que Donovan file tout droit au lay up, le Camerounais le contre sans oublier de lui rappeler qu’en plus d’être un énorme joueur il est aussi un fort trashtalker. Le rookie n’accepte pas les mots de Embiid et envoie le pivot des Sixers au tapis. Résultat, technique pour la star montante des Jazz et les fans des Sixers scandent le nom de leur idole.
Il n’en fallait pas plus pour réveiller Redick (20 points) et Convington. Les deux snipers prennent feu à longue distance dans cette fin de match. Il n’y a plus de suspense, Le Jazz est KO (107-86).

Retour à l'accueil