Les Warriors effacent un déficit de 17 points pour venir à bout des Wizards au terme d'un match électrique

À l’issue d’un match bouillant marquée la double expulsion de Draymond Green et Bradley Beal, les Warriors ont fini par s’imposer de justesse devant les Wizards (120-117). Ces derniers, portés par la grosse adresse de Otto Porter (29 points à 7/9 de loin et 10 rebonds) et Kelly Oubre (19 et 8), ont compté jusqu’à 17 points d’avance avant de s’écrouler en fin de troisième quart-temps. Si Kevin Durant a terminé le match avec 31 points, 11 rebonds et 6 passes, les Warriors peuvent d’abord remercié leur banc d’avoir relancé la machine.

Steve Kerr fait son entrée dans l’Oracle détendu et tout sourire, chemise et blazer des années 70 sur le dos, un hommage à Al Attles, ancien coach des Warriors, champions en 1975 (face aux Washington Bullets), récemment hospitalisé. Les Warriors aimeraient sans doute s’offrir une soirée plus « relax » que lors de leur précédente sortie, gagnée à l’arrache face aux Raptors. Un autre coriace adversaire de l’Est se présente à eux : les Wizards, co-leaders à l’Est. Eux veulent faire oublier leur défaite sur le parquet des Lakers, placée sous le sceau d’une certaine arrogance. En cette entame de match, les visiteurs n’ont aucun souci à respecter leurs adversaires.

3/20 de loin pour démarrer…
Pas besoin d’un grand Bradley Beal ou John Wall. Kelly Oubre et Otto Porter, très en confiance, s’occupent d’alimenter la marque avec leurs tirs primés. Gortat aussi, pourtant méchamment contré par D-Green, se régale des picks avec Wall. Ce dernier ne se prive pas non plus d’aller découper la défense des Warriors sur un dunk main gauche signature.

Les champions en titre restent coincés dans un mode slow start bien connu : trop de ballons perdus pour démarrer. Trop de maladresse aussi. Alors que le banc des Wizards, avec Jodie Meeks et Mike Scott (24 points à eux deux), fait creuser l’écart (34-27), Golden State ne trouve pas la mire. Séquence assez folle : Nick Young rate un fadeaway compliqué, Curry récupère le ballon seul à 3-points et rate aussi, Kevin Durant récupère le ballon seul à 3-points et c’est encore raté. Patrick McCaw termine finalement l’action sous le cercle. À la pause, les Warriors affichent un terrifiant 3/20 de loin. Ils doivent s’en remettre à l’efficacité monstre de David West.

Les Wizards n’ont pas ce souci de maladresse. Porter et Oubre sont littéralement on fire de loin. Quand Wall plante aussi à trois points, l’Oracle se retrouve toute éteinte. 64-47 au panneau d’affichage. C’est là que le gros accrochage entre Bradley Beal et Draymond Green, qui venait de contrer l’arrière des Wizards, survient. Alors qu’on se demande encore pourquoi Beal a agrippé le Warrior par le cou, les deux hommes sont expulsés. Draymond Green est furax, Bradley Beal souriant. Fier de son coup ?

David West et… Omri Casspi, les facteurs X
Kevon Looney se retrouve propulsé dans le cinq en seconde période. Mais nouvelle mauvaise nouvelle pour les Dubs : la 4e faute de Klay Thompson. Ça commence à faire beaucoup, d’autant que Curry, auteur de 12 points dans le premier quart-temps, peine à retrouver le cercle. Il est frustré par la défense adverse. Heureusement que Durant, pas beaucoup plus à son avantage jusqu’ici, commence à sortir le bleu de chauffe mais l’écart reste énorme (80-62). Maladroit, Curry imite Wall et joue les facilitateurs. Un invité surprise en profite : Omri Casspi. Alors qu’il n’avait joué que dix minutes depuis le début de la saison, et pas rentré un seul tir, l’ailier se retrouve dans tous les bons coups.

C’est là que Curry retrouve l’adresse en transition.
À l’entame du dernier acte, Klay Thompson et Kevin Durant prennent le relais niveau adresse tandis que Washington ne joue quasiment plus. L’écart fond, ça se rapproche. Une stat tombe : depuis la saison 2013-2014, les Warriors ont remporté 22 matches en étant menés de 15 points. Pas une équipe NBA n’a fait mieux. Bis repetita ce soir ?

Washington ne joue plus…
Ça en prend le chemin car outre l’adresse extérieure, les Warriors font maintenant la différence avec leurs transitions. Tout part de la défense puis Andre Iguodala met en orbite à deux reprises Looney (9 points à 100% et 5 rebonds), arrivé en trailer. Stephen Curry, sur le banc, peut jubiler car les remplaçants permettent aux Warriors de repasser devant (102-101). Pendant ce temps, David West continue de mettre la misère à Marcin Gortat. Le momentum a changé de camp. Porter, qu’on avait presque oublié, score à nouveau dans le corner pour remettre Washington sur de bons rails.

Mais sur les dernières possessions, Wall se la joue « seul contre tous ». Avec du bon et du moins bon. À quelques secondes du terme, Meeks score à 3-points (118-117). Les Wizards tiennent le match à une possession qu’ils n’espéraient sans doute plus. Wall a un nouveau shoot après feinte, c’est raté. Meeks ne fait pas mieux. Victoire des Warriors.

Étriquée, à nouveau. Les champions en titre, qui peuvent remercier leur banc, accueillent dimanche les Pistons. Les Wizards terminent leur road trip à Sacr

Source : Basket USA

Retour à l'accueil