Jahlil Okafor : « Est-ce que je fais vraiment partie du Process ? »

À 37 points à 17/23 aux tirs en quatre bouts de match, l'américain d'origine nigériane Jahlil Okafor ne gâche pas grand-chose en sortie de banc pour les Sixers sur cette présaison. Mais l’intérieur de 21 ans ne sait toujours pas sur quel pied danser avec Philly.

Drafté en 3e choix en 2015, le pivot sort de deux saisons compliquées, avec beaucoup d’absences (103 matchs joués sur 164), des stats en baisse (de 17 à 12 points) et une réputation à rétablir après son fameux coup de sang un soir de novembre 2015, à la sortie d’une boîte de nuit de Boston. 

« Le basket n’était plus mon échappatoire »

« On avait failli gagner ce match mais on avait fini par le perdre en dernier quart », se souvient Jahlil Okafor pour SB Nation. « J’étais vraiment déçu car je pensais qu’on allait gagner notre première victoire. J’ai décidé de sortir. Je ne me souviens pas de grand-chose car j’étais vraiment ivre. Forcément, je n’étais pas dans le bon état d’esprit. On m’a insulté, comme souvent, et cette fois-ci, j’ai réagi différemment. »

Pris en flagrant délire alcoolisé, le rookie Okafor a mangé chaud ! La chute a été lourde…
« J’avais honte, c’est le moins qu’on puisse dire ! C’est quand ils ont commencé à critiquer l’éducation que mon père m’avait donné que j’ai réagi. Quand ma mère est morte, il a fait tout ce qu’il a pu pour me mettre dans la meilleure situation. Sur le terrain, je jouais face à ces milliers de gens qui avaient vu la vidéo et me jugeaient par rapport à ça. Je ne voulais plus jouer, j’avais honte. C’est la première fois que le basket n’était plus mon échappatoire. »

S’emmurant dans le silence, Jahlil Okafor a fait le dos rond alors que cette mauvaise réputation l’enserrait de plus en plus. Catalogué pour son erreur, il a de plus traîné des problèmes chroniques au genou.

« Je pense clairement être le bouc émissaire pour de nombreux problèmes issus du Process. On n’a pas gagné que 10 matchs à cause de ma défense. Il y avait plein d’autres raisons. Et puis, l’an passé, c’est la première saison pour JoJo et pour Dario. Nerlens était blessé et Ben aussi. Donc ça m’est retombé dessus. Mais je n’entends jamais : oh, mais il n’en est qu’à sa deuxième saison… Je n’ai que 21 ans, je vais progresser. »

« Est-ce que je fais vraiment partie du Process ? »

Moins lourd cette saison après avoir changé ses habitudes alimentaires, Jahlil Okafor espère pouvoir se relancer à Philadelphie. Joel Embiid prolongé, l’ancien de Duke sait qu’il sortira encore du banc. Mais si les victoires sont là, et que les playoffs sont envisageables…
Ce serait déjà un sacré changement pour celui qui a été tout près de quitter Philly en cours de saison passée…

« C’était bizarre. J’étais chez moi, je regardais mon équipe à la télé, à l’écart. J’étais anxieux, je voulais savoir où j’allais atterrir. J’étais content d’avoir un nouveau départ… mais au final, j’ai fini par jouer le soir suivant. C’était très difficile. »

L’été lui a remis un peu de baume au coeur. Les perspectives sont cependant toujours aussi bouchées.

« Je ne suis pas sûr de faire vraiment partie de cette équipe. Est-ce que je fais bien partie du Process ? Fais-je partie de cette culture ? Les gars sont sur les réseaux sociaux, pas moi. Quand je vais aux événements de l’équipe, j’y vais avec le sourire, je prends des photos avec les gamins mais je me demande toujours où j’en suis avec cette équipe. »

Talent offensif indéniable, Jahlil Okafor doit prouver cette saison qu’il est capable physiquement d’enchaîner les matchs, mais également d’enchaîner les performances de bon niveau. À moins d’une rechute pour Joel Embiid en cours d’exercice, Jahlil Okafor pourrait tout de même bien faire ses valises pour de bon…

Retour à l'accueil