Evan Fournier et le Magic gâchent l'énorme performance d'Hassan Whiteside

Un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne ! Derrière un Evan Fournier (23 points) décisif en fin de match et cinq autres joueurs au dessus des 10 points, le Magic s’impose 116-109 à domicile face à son voisin. Après avoir compté jusqu’à 17 points d’avance, Orlando a résisté au retour d’un Heat porté par un Hassan Whiteside monumental (26 points et 22 rebonds). Le pivot congolais Bismack Biyombo s'est contenté de 9 points et 5 rebonds en 16 minutes. 

Orlando oublie sa défense au vestiaire
Avec Goran Dragic à la baguette, c’est Miami qui prend le meilleur départ grâce à un 10-0 (22-15). Alors que la défense d’Orlando peine, il faut attendre les entrées de Jonathon Simmons et de D.J. Augustin pour voir le Magic réagir. Le Heat vire toutefois en tête après douze minutes enlevées (37-32).

La fougue et l’agressivité de Jonathon Simmons finissent par déteindre sur ses partenaires des deux côtés du terrain. La défense d’Orlando force de multiples pertes de balles et le Heat se fait punir de l’autre côté par le trio Fournier – Gordon – Vucevic. Le Magic passe alors un 15-4 à son adversaire, avec un Gordon qui se permet même une LeBron James, pour prendre les devants à la pause (58-55).

Whiteside dominateur, Fournier décisif
Au retour des vestiaires, Orlando continue sur sa lancée. Les hommes de Frank Vogel entament le troisième quart-temps sur un 14-2 pour prendre le large (72-57), et rapidement, leur cinq titulaires atteignent chacun la barre des dix points. Sonné, le Heat limite toutefois la casse grâce au duo Whiteside – Olynyk et à l’activité de Justise Winslow. Malgré ça, il pointe encore à -10 avant la dernière période (88-78).

Le deuxième cinq du Magic en rajoute alors une couche et une claquette dunk du rookie Jonathan Isaac donne 17 points d’avance aux locaux (97-80). Alors que le match semble plié, Hassan Whiteside sonne la révolte pour Miami. Derrière la domination de son pivot, le Heat grignote son retard et revient même à -2 à trois minutes de la fin du match (105-103). C’est le moment choisi par Evan Fournier pour prendre le money time à son compte. Le Français marque alors sept des onze derniers points de son équipe pour offrir à Orlando une première victoire méritée.

Retour à l'accueil