LeBron James insulte publiquement Donald Trump après l'annulation de l'invitation des Warriors à la Maison Blanche

Hier Stephen Curry a réitéré qu’il n’irait pas à la Maison Blanche, tout comme Kevin Durant, ce qui n’a pas été du goût de Donald Trump qui a décidé de ne pas inviter les derniers champions NBA comme il est de coutume. LeBron James, qui a souvent pris position contre Donald Trump, s’en est mêlé !

LeBron James n'a pas mâché ses mots pour décrire le président des Etats-Unis. Une première pour une star du sport de cette envergure.

La guerre est déclarée entre Donald Trump et LeBron James. Le basketteur le plus célèbre de la planète avait déjà été un peu corrosif au sujet du Président des Etats-Unis ces derniers mois, notamment en réaction aux événements de Charlottesville et au manque de fermeté de Trump face aux militants néo-nazis. Cette fois, le joueur des Cleveland Cavaliers n’a pas hésité à ajouter l’insulte au reproche.

Peu après le tweet de Donald Trump sur l’annulation de l’invitation faite aux Golden State Warriors pour fêter leur titre à la Maison Blanche comme le veut la tradition, James s’est emporté sur le même réseau social. "Espèce de clochard, Stephen Curry a déjà dit qu’il ne viendrait pas à la Maison Blanche. Il n’y avait donc pas d’invitation. Se rendre à Washington était un grand honneur avant que tu ne te pointes là-bas", a posté le "King", trois fois champion NBA. Cette virulence marque vraisemblablement un tournant dans le mode de communication des athlètes stars vis à vis du pouvoir en place. Jamais un personnage de l’envergure médiatique de LeBron James n’avait osé employer des termes aussi forts pour qualifier le successeur de Barack Obama.

Kobe et CP3 s'y mettent aussi
Le meneur des Rockets, Chris Paul, également président de l'association des joueurs de NBA, a invectivé à son tour Donald Trump: «Avec tout ce qui se passe en ce moment dans notre pays, pourquoi êtes-vous focalisé sur qui se met à genou ou non et qui va visiter la Maison-Blanche??? #Gardetavoie Et je doute qu'il fasse autant le bonhomme s'il appelait ces joueurs des fils de p* en face.»

Même son de cloche du côté de Kobe Bryant, retraité des parquets depuis 2016. «Un président des Etats-Unis dont le seul nom suscite de la division et de la colère et dont les seuls mots inspirent la dissension et la haine, ne peut pas rendre sa grandeur à l'Amérique. ("Make America Great Again" était le slogan de Trump aux présidentielles)»

Donald Trump avait lancé les hostilités avec ce registre un peu plus tôt, traitant de "fils de p…" les athlètes afro-américains de NFL qui s’agenouillent lors de l’hymne national pour protester contre les discriminations. Pas sûr que les relations entre le "POTUS" et les sportifs américains soient sous le signe de l’apaisement ces trois prochaines années…

Retour à l'accueil