Kyrie Irving : « La différence, c’est que je vais vraiment jouer meneur »

Parfois flou dans ses réponses lors de son apparition dans l’émission d’ESPN First Take hier (il a par exemple indiqué que les Cavs ne lui offraient pas un environnement « honnête » sans apporter plus de précisions), Kyrie Irving a peu apprécié que l’information selon laquelle il souhaitait quitter Cleveland fuite en juillet dernier. Le nouveau meneur des Celtics n’a néanmoins pas voulu pointé du doigt qui que ce soit lorsqu’on lui en a donné l’occasion.

« Personne. Qui s’en soucie ? Honnêtement, qui s’en soucie ? » Kyrie Irving

Refusant d’admettre directement qu’il ne voulait plus jouer dans l’ombre de LeBron James, Irving a avant tout parler de son envie de progresser et d’être heureux. Car si beaucoup le voient comme un « assassin en isolation », lui se voit comme un vrai meneur de jeu, et veut le prouver à Boston puisque Cleveland ne lui a pas donné l’occasion de le faire.

« Je suis fou de joie. J’ai simplement hâte de jouer à mon poste. Hâte de devenir ce que j’ai toujours imaginé pour moi, c’est-à-dire être un meneur complet dans une grande équipe. Je veux pouvoir sortir de pick and rolls et disséquer une défense, et avoir des gars… ce n’est une critique envers personne mais mon rôle était complètement différent à Cleveland. J’ai dû apprendre à rester efficace sans avoir le ballon en mains. C’était la plus grande transition que j’ai eu à faire, que ça me plaisait ou non. C’est aussi une preuve de grandeur que de montrer comment vous êtes capable de vous incorporer à un groupe qui possède de grands joueurs que vous respectez. Je ne suis pas le gars qui a envie de partir en 1 contre 1 à chaque fois, ce n’est pas comme ça que j’aime le basket. J’ai regardé beaucoup de basket, sans doute plus que ce que les gens croient » Kyrie Irving

Clairement, Irving annonce qu’il ne sera pas le même joueur sous le maillot des Celtics.

« La différence, c’est que je vais vraiment jouer meneur et c’est très, très excitant pour moi. Avoir une attaque, avec Gordon Hayward et Al Horford, qui ne sera pas nécessairement dictée par moi en isolation. J’ai hâte de rendre mes coéquipiers meilleurs »

Retour à l'accueil