Nneka Ogwumike (16 points et 10 rebonds) et Candace Parker (13 points et 5 interceptions) ont guidé les Sparks la nuit dernière. Le quatrième match aura lieu la nuit prochaine. En cas de victoire, les Sparks conserveront le titre gagné l'an dernier.

Nneka Ogwumike (16 points et 10 rebonds) et Candace Parker (13 points et 5 interceptions) ont guidé les Sparks la nuit dernière. Le quatrième match aura lieu la nuit prochaine. En cas de victoire, les Sparks conserveront le titre gagné l'an dernier.

Les Los Angeles Sparks ont réalisé une très belle opération la nuit dernière en battant le Minnesota Lynx (75-64) dans le match 3 des Finales WNBA 2017. Cette victoire permet aux Sparks de mener 2-1 dans la série et elles pourraient remporter le titre dès dimanche en cas d'une troisième victoire. Si cela arrive, les Sparks deviendront la première équipe depuis 2002 à remporter le titre deux années de suite. Elles avaient réalisé ce back-to-back en 2001 et 2002 avant renouer l'année dernière à leur passé glorieux en battant la même équipe de Minnesota Lynx en finale.

A la mi-temps, les Sparks menaient sur le score de 32-26.

L'amérucaine d'origine nigériane Nneka Ogwumike, auteure d'un double-double (16 points et 10 rebonds) a guidé les Sparks. Elle a été secondée par Odyssey Sims (16 points). Candace Parker et Chelsea Gray ajoute respectivement 13 et 14 points. Pour ce Game 3, la Sénégalaise Maïmouna Diarra et la française Sandrine Gruda ont été laissé sur le banc pour la troisième fois dans ces finales par le coaching staff.

Pour le Minnesota, Maya Moore a inscrit 16 points, tandis que la MVP de la saison régulière Sylvia Fowles signe un double-double (15 points et 11 rebonds). Rendez-vous dimanche toujours au Staples Center de Los Angeles pour le Game 4, sans doute décisif pour les Sparks qui pourraient réaliser un second back-to-back historique en cas d'un succès, et soulever ainsi le 4e titre WNBA de leur histoire.

«Les bons joueurs doivent faire de grandes choses», a déclaré l'entraîneur des Sparks, Brian Agler. «Ce soir était notre nuit».

Retour à l'accueil