Afrobasket masculin 2017 : le Maroc, un miraculé dont il faudra se méfier

Le Maroc a créé la sensation au 1er tour de la 29ème édition de l’Afrobasket masculin terminant 1er de son groupe avec à la clé un sans-faute, synonyme de qualification en quarts de finale du tournoi.

Tour à tour, les « Lions de l'Atlas » ont dominé la Centrafrique (76-66), l’Angola (60-53) et l’Ouganda (79-70). De toutes ces victoires, c’est celle sur la sélection angolaise qui a fait tilt en ce sens que c’est la première du Maroc sur l’Angola depuis… 37 ans.

« Nous avons regardé le match de l'Angola contre l'Ouganda vendredi. Nous avons vu ses difficultés et nous étions tous d'accord pour dire que nous pouvions les battre, et c'est ce que nous avons fait », confie Adil El Makssoud, auteur de 14 points lors de cette partie.

Ce parcours sans-faute a ouvert les portes des quarts de finale aux « Lions de l’Atlas ». Une performance sur laquelle aucun observateur n’aurait parié au coup d’envoi du tournoi co-organisé par le Sénégal et la Tunisie.

En effet, les Marocains ont failli déclarer forfait pour l’Afrobasket en raison de graves difficultés financières selon les médias locaux. C’est au dernier moment qu’ils ont rallier Dakar pour disputer le tournoi.

En l'absence de ses nombreux joueurs cadres, le Maroc a dû recomposer un groupe compétitif assez expérimenté avec une moyenne d’âge de 30 ans. Le meneur Mustapha Khalfi (37 ans), qui participe à son sixième Afrobasket, continue à rendre de grands services, à côté des ailiers-fort Soufiane Kourodu, Najah Abderrahim et de l’arrière Adil El Makssoud, tous trentenaires.

Dans ces conditions, l’accession en quarts de finale, une première depuis 2005, relève de l’exploit. « Il s’agit d’un exploit à mettre à l’actif des joueurs, vu les conditions ayant précédé la préparation à cette compétition, d’autant plus que nous avons fait le déplacement à Dakar au dernier moment et failli être déclarés forfait », reconnaît l’entraîneur national, Saïd El Bouzidi.

En quarts de finale jeudi à Tunis, face à l’Egypte, qui regroupe des joueurs « très talentueux » (dixit El Bouzidi), les « Lions de l’Atlas » ne comptent rien lâcher. « Après ce bon début de compétition, nous espérons continuer sur la même lancée et garder la même rage de vaincre lors du prochain tour », martèle le technicien, affichant sa détermination à mener ses troupes « le plus loin possible dans ce tournoi ».
Pour un pays ayant terminé 13ème lors de la dernière édition et qui a frôlé le forfait cette année, c’est un sacré challenge d’être encore là à frapper à la porte du carré d’as.

Afrobasket masculin 2017 : le Maroc, un miraculé dont il faudra se méfier
Retour à l'accueil