Ricky Rubio : « L’Espagne est meilleure que la France, c’est certain »

Visé par des rumeurs de transfert depuis plusieurs saisons, Ricky Rubio a finalement été envoyé à Utah contre un 1er tour de draft 2018 (protégé top 14) le 30 juin dernier après 6 ans à Minnesota.

« Être transféré, ce n’est pas drôle, mais j’étais très excité de rejoindre une franchise qui croyait en moi. C’est une super franchise avec une bonne tradition. C’était un peu bizarre. J’ai passé 6 ans à Minnesota. Ces dernières années mon nom était cité dans les journaux pour des rumeurs mais je n’avais jamais été tradé. Je suppose que l’heure est venue cet été. Je n’ai pas de regrets. J’ai passé un super moment à Minnesota, mais je pense qu’il était temps pour nous deux de passer à autre chose. Notre relation n’a pas fonctionné comme on l’aurait voulu, et nous passons à autre chose » Ricky Rubio

Très pris au mois de juillet en raison de divers événements, l’Espagnol actuellement en préparation de l’Euro avec sa sélection a discuté pour la première fois avec les médias de Salt Lake City mercredi lors d’une conférence téléphonique mercredi. Première chose, il a mis son petit différend avec Rudy Gobert (après l’élimination de l’équipe de France face à l’Espagne à l’Euro 2015) de côté. Ou presque.

« Je ne vais pas m’arrêter de le chambrer. L’Espagne est meilleure que la France, c’est certain » Le meneur pense pouvoir aider le Français à franchir un nouveau palier. « Je pense que je peux l’aider à jouer à un niveau All-Star. Ce sera super d’avoir un coéquipier aussi bon qui correspond beaucoup à mon jeu. On va êtres potes (il l’est déjà avec Joe Ingles, qui était son ‘roommate’ à Barcelone) » Ricky Rubio

Depuis son transfert, Rubio a pris contact avec Quin Snyder (coach) au moins une fois par semaine, pour discuter des futurs systèmes.

« Je n’ai jamais eu un coach qui s’implique autant. Il semble qu’il écoute beaucoup » Ricky Rubio

Shooteur à 37.5% de réussite en carrière, Rubio fait en sorte d’avoir un trajectoire à la Jason Kidd de ce côté-là.

« Je travaille sur mon pullup. Je pense que si je peux avoir un bon pullup, c’est la clé de mon jeu. Devenir un meneur davantage scoreur, qui sort des pick-and-rolls, je peux progresser là-dessus. Je travaille aussi beaucoup sur le mental pour essayer d’être plus régulier. Je fais un peu de tout. Je sais ce que je peux apporter. Bien sûr ma défense est l’un des mes points forts. Cet été j’ai travaillé sur mon corps pour être prêt à affronter une ligue avec tant de meneurs athlétiques. J’ai confiance en ma défense et je pense que je peux aider l’équipe à progresser encore plus dans le domaine (Utah était l’équipe qui encaissait le moins de points par match la saison dernière, ndlr) » Ricky Rubio

via Deseret News – Salt Lake Tribune

Retour à l'accueil