Kevin Durant n'ira pas à la Maison Blanche

Pour le moment les Golden State Warriors n’ont pas été invités à la Maison Blanche, eux qui passeront par Washington le 28 février. On ne sait pas encore s’ils le seront et quelle décision ils prendront, mais une chose est sûre, le MVP des finales, Kevin Durant, n’y sera pas. De passage dans sa ville natale à Seat Pleasant, dans la banlieue de Washington, pour une journée qui lui était consacrée, il a déclaré

« Nah, je ne le ferai pas. Je ne respecte pas celui qui est fonction. Je ne suis pas d’accord avec les choses qu’il cautionne, donc je vais faire entendre ma voix en n’y allant pas. C’est juste ma décision personnelle, mais comme je les connais bien, ils seront d’accord avec moi. » Durant

Pourtant, lui qui a grandi à 18 kilomètres de la Maison Blanche, rêvait d’y amener le trophée Larry O’Brien. Après être restés silencieux au sujet des événements à Charlottesville, il a donné son sentiment.

« Je voulais prendre du recul et analyser tout ça et me faire mon idée. Je voulais dire quelque chose immédiatement, mais je veux être la voix de l’endroit d’où je viens et des gens qui viennent de mon quartier et qui connaissent l’oppression. Je représente beaucoup de personnes. Quant à ce qui se passe dans notre pays, tout d’abord en tant qu’athlète, il faut louer le fait que Colin Kaepernick, LeBron James, Carmelo Anthony, CP3 (Chris Paul) et Dwyane Wade ont lancé le débat l’an passé. Russell Westbrook a aussi dit quelque chose dans son speech. Beaucoup de gars qui ont une plateforme ont dirigé la discussion dans la bonne direction. Et ce qui s’est passé à Charlottesville c’est inimaginable. » Durant

Il pense que Trump a joué un rôle dans l’escalade des tensions raciales et la montée des suprématistes blancs.

« Il est à l’origine de ça. J’ai le sentiment que depuis qu’il est arrivé au pouvoir, ou même depuis qu’il est candidat à la présidence, notre pays est tellement divisé et ce n’est pas une coïncidence. Quand Barack Obama était en fonction, les choses s’amélioraient. Nous avions tellement d’espoir dans nos communautés, d’où je viens, parce que nous avions un Président noir et c’était le premier. Donc voir ça et voir où nous en sommes à l’heure actuelle, j’ai le sentiment que nous avons fait un virage en direction du pire. Tout cela est lié aux gens qui sont en place. Cela vient d’en haut, cela retombe sur le reste d’entre nous. Si nous avons quelqu’un qui se fout du peuple, alors le pays n’ira nulle part. Selon moi, tant que nous ne le mettrons pas dehos, il n’y aura aucun progrès. » Durant

Via ESPN

Retour à l'accueil