Afrobasket masculin 2017 : L'Ouganda se prépare pour disputer les quarts de finale

KAMPALA (FIBA AfroBasket 2017) – Lorsque l'Ouganda prendra part au FIBA AfroBasket 2017 (8-16 septembre), ce sera là sa seconde apparition dans la compétition continentale.

Partageant le Groupe B avec l'Angola, 11 fois titré, le Maroc et la République centrafricaine (CAF), les Silverbacks retrouveront donc sur leur chemin un adversaire au palmarès impressionnant.

“J'estime que c'est un groupe difficile avec l'Angola, multiple champion continental. La vraie lutte aura lieu entre la CAF, le Maroc et l'Ouganda. Je pense que nous pouvons rivaliser avec eux et si nous faisons tout juste, nous aurons l'avantage." - Omony

“L'Angola est une nation dominante du basketball africain et malgré l'échec lors du dernier FIBA AfroBasket, il est toujours redoutable. Je respecte les Angolais, mais ils ne m'inquiètent pas,” dit Stephen Omony à FIBA.basketball.

Au FIBA AfroBasket 2015 à Tunis, l'Ouganda a fini au 15ème rang, avec une victoire et quatre défaites à son actif. Mais Omony insiste sur le fait que cette expérience a permis aux Silverbacks de tirer beaucoup de leçons qui lui seront très utiles à Dakar, au Sénégal, où ils visent une place en quarts de finale.

"Cette expérience en Tunisie a eu une grande valeur pour nous, joueurs et équipe. Chacun abordera désormais ce tournoi avec une approche et des attentes différentes que lors de notre première participation en 2015," dit Omony.

En s'aventurant en terre inconnue, l'Ouganda ne savait alors pas à quoi s'attendre à ce niveau de compétition, mais comme pour tout dans la vie, il y a toujours une première fois. Ceci appartenant au passé, Omony et ses coéquipiers se sentent prêts à rivaliser avec les meilleurs du continent et à aller chercher une place pour la phase finale en Tunisie, lieu de départ de leur aventure.

"Nous savons maintenant à quoi nous attendre mentalement et comment nous préparer. Nous devrions être plus performants cette fois,” souligne le joueur de 37 ans. "C'est certes encore un peu tôt pour l'affirmer, mais je suis sûr que nous ferons mieux qu'à Tunis."

"Nous avons tous - joueurs, coaches, staff de l'équipe nationale et bien sûr la fédération [ougandaise de basketball] - travaillé très dur et le respect que nous inspirons démontre que nous faisons bien les choses et que nous sommes sur le bon chemin. C'est pour nous une source de motivation formidable pour poursuivre nos efforts."

Avec les additions de Stanley Ocitti, Brandon Sebirumbi, Omony et récemment Darius Pegue, l'équipe de Mande Juruni pourrait s'avérer être un adversaire coriace à Dakar.

"Leurs arrivées est une aubaine pour l'équipe, parce que ces joueurs lui apportent ce que les joueurs locaux n'ont pas en termes d'expérience, de mentalité, de technique et de maturité. C'est d'autant plus vrai avec les joueurs anciens," explique-t-il. "Les joueurs évoluant au pays sont très talentueux, et le mélange de locaux et d'expatriés nous donnera un petit plus qui augmentera notre confiance.

"J'estime que c'est un groupe difficile avec l'Angola, multiple champion continental.

La vraie lutte aura lieu entre la CAF, le Maroc et l'Ouganda. Je pense que nous pouvons rivaliser avec eux et si nous faisons tout juste, nous aurons l'avantage.”

Ce sera la première fois que la compétition à 16 équipes se tiendra dans deux pays simultanément depuis sa création en 1962. Ces mêmes 16 nations prendront part aux éliminatoires Zone Afrique pour la Coupe du Monde FIBA 2019.

Retour à l'accueil