Afrobasket féminin 2017 : Qui peut battre les Lionnes du Sénégal ?

DAKAR (FIBA Women’s AfroBasket 2017) - À l'approche du FIBA Women's AfroBasket 2017, nous passons en revue les 12 équipes qui seront présentes du 18 au 27 août à Bamako, au Mali.

Équipe : Sénégal NIKE FIBA

World Ranking : 17ème

Dernière participation au FIBA Women's AfroBasket : 2015 (6 victoires, 2 défaites ; champion)

Comment l'équipe s'est qualifiée pour le FIBA Women's AfroBasket 2017 : qualification automatique en tant que champion en titre

Histoire/Qualification : le Sénégal est le pays le plus titré au FIBA Women’s AfroBasket avec 12 sacres continentaux depuis la création du tournoi biennal en 1966. Nation dominante du continent africain depuis cinq décennies, elle est admirée pour sa combativité sur le terrain et la qualité de ses sélections.

Peut-être aussi que son formidable palmarès effraie ses adversaires, lui donnant un avantage psychologique avant que les matches ne débutent. Cette nation a un objectif précis : rester au sommet de la hiérarchie.

Même si ses titres se répartissent dans le temps au cours des 50 dernières années, il est important de noter que depuis le début du 21ème siècle, le Sénégal a remporté trois titres - en 2001, 2009 et 2015. Au cours de cette même période, il est monté cinq fois sur le podium, finaliste malheureux des éditions 2005, 2007 et 2011 contre respectivement le Nigeria, le Mali et l'Angola. À l'origine de cette réussite, on retrouve la MVP 2009 et 2015 Aya Traoré, ainsi qu'Oumoul Khairy Sarr, Fatou Dieng, Mame Diodio Diouf, Ndeye Sene, Mame Marie Sy et Bineta Diouf, aussi présentes lors de la consécration de 2009.

Et pour le coach du Sénégal Moustapha Gaye, c'est toute cette expérience qui sera déterminante à Bamako cette année. Les retrouvailles avec le Mali raviveront aussi quelques souvenirs au sein de l'équipe de Gaye, battue en finale par l'Angola en 2011. Invaincues lors de l'édition 2009, les Sénégalaises ont un objectif bien précis : se battre comme d'habitude pour la première place.

Le Sénégal n'a pris part à aucun éliminatoire, puisque qualifié d'office en sa qualité de champion en titre. Afin de compenser ce manque de compétition, les Sénégalaises ont participé à des camps d'entraînement en Chine et à Paris.

Au moment d'aborder la compétition au Mali la semaine prochaine, le Sénégal n'aura qu'une idée en tête : défendre son titre. Une performance qu'il a déjà accomplie en 1993, remportant l'événement pour une seconde fois consécutive après le sacre de 1990. Au FIBA Women's AfroBasket 2017, le Sénégal partage le Groupe B avec le Nigeria, le Mozambique, l'Égypte, la Guinée et la République démocratique du Congo.

Joueuses clés : Aya Traoré, MVP du FIBA Women's AfroBasket 2015, sera à nouveau la pièce maîtresse du Sénégal dans sa tentative de décrocher le titre le plus important du basketball féminin africain.

Traoré, 1.83m, est une joueuse intimidante sur un terrain de basketball et ses statistiques le démontrent bien. Avec une moyenne de 7 points par match, elle est le genre d'athlète que tout coach rêve d'avoir dans son équipe, de par sa polyvalence et sa capacité à briller dans les moments décisifs d'un match et d'un tournoi.

Mame Marie Sy est une autre pièce importante dans le dispositif sénégalais et également une des raisons des succès de sa sélection nationale. La joueuse de 36 est affûtée comme jamais. Celles et ceux qui pensent que son âge est une faiblesse l'apprendront à leurs dépens : comme le bon vin, elle ne cesse de se bonifier avec le temps.

Avec 15.4 points par match, Astou Traoré est une vraie menace en attaque. Elle est travailleuse et sa présence est une source d'inspiration pour ses coéquipières, gages de succès à venir pour son pays.

Star montante : à 21 ans, Aisha Sidibe incarne la nouvelle génération. Trouvera-t-elle une place dans l'effectif définitif qui se rendra à Bamako ? Elle avait été tout près de figurer aux JO de Rio 2016, mais on lui avait préféré des joueuses plus expérimentées.

L'équipe : toute équipe qui oserait prendre le champion en titre de haut commettrait une grossière erreur. Elle aborde cette compétition plus forte qu'avant, à en juger sa préparation. On dit qu'arriver au sommet est extrêmement difficile, mais qu'il est encore plus dur d'y rester.

Il faut alors travailler avec acharnement et faire preuve d'encore plus de détermination et d'engagement. Les Sénégalaises seront toutefois rapidement mises à l'épreuve par l'Angola, le Cameroun, le Mali, le Mozambique, le Nigeria et une équipe d'Égypte pleine de vie et d'ambition.

Prévision : un second sacre consécutif ne surprendrait personne. Le Sénégal en a vraiment les moyens.

Retour à l'accueil