LeBron James veut avoir Paul George, et son vœux pourrait se réaliser dans les prochaines semaines

Zoom sur un transfert fou qui pourrait rééquilibrer le rapport de force entre les Cavaliers de LeBron James et les Warriors de Kevin Durant.

Les Golden State Warriors ont dominé cette saison NBA et leur premier titre est la promesse d’assouvir un peu plus la ligue dans les années à venir. Avec quatre All-Stars de moins de 29 ans, aux sommets de leurs carrières, les Californiens ont une équipe monstrueuse. Elle donne même l’impression d’être impossible à battre, à condition de compiler les joueurs majeurs au sein du même effectif. C’est justement la mission des Cleveland Cavaliers. La franchise de l’Ohio doit vite réduire l’écart avec son concurrent direct. Car à un an de l’expiration du contrat de LeBron James, il va falloir prouver au King que l’organisation peut vraiment améliorer l’effectif. Et pour ça, il y a un nom qui revient depuis hier : celui de Paul George.

Le thème est déjà discuté sur la toile. ESPN et surtout The Ringer ont déjà publié des articles fantasmant d’une éventuelle arrivée de PG à Cleveland.

Faire venir le champion Olympique est peut-être la meilleure opportunité de renforcer les Cavaliers d’ici la saison prochaine. Il est l’un des dix meilleurs joueurs de la ligue. Son profil colle exactement avec les besoins des champions 2016 pour battre Golden State.

Pour l’obtenir, tous les analystes s’accordent sur un point : il faudra céder Kevin Love. C’est logique. Les Cavs n’ont pas une ribambelle de picks à offrir comme les Boston Celtics. Par contre, leur offre est nettement plus intéressant si jamais les Indiana Pacers se sentaient de reconstruire autrement que par la draft. Notons que l’organisation n’est pas un adepte du tanking. Elle s'est même maintenu à l'Est sans descendre sous la barre des 30 victoires depuis 1989.

Paul George peut tester le marché dès 2018 et il est de plus en plus probable qu’il change de tunique à ce moment-là. En le transférant avant l’été, les Pacers anticiperaient donc son départ. Tout en récupérant un All-Star encore sous contrat.

Love a progressé depuis son arrivée à Cleveland en 2014. Ses statistiques ne l’indiquent peut-être pas mais il est plus fort qu’il ne l’était aux Timberwolves. Il est plus mobile que jamais et il limite même la casse en défense. Il a simplement moins d’occasion de mettre en valeur sa large palette offensive. Mais malgré son évolution, l’intérieur a encore trop de lacunes pour vraiment peser sur une série opposant les Cavaliers aux Warriors. Ses limites défensives sont telles qu’il est constamment placé au cœur des picks-and-roll de Stephen Curry et Kevin Durant. Et il n’est absolument pas en mesure de contenir les deux MVP. Après sa performance dans le Game 5 (2/10 aux tirs), il est fort possible que son nom se retrouve rapidement parmi le flot des rumeurs.

Paul George, la réponse parfait à Kevin Durant

LeBron James a des shooteurs à ses côtés… mais trop peu de défenseurs. Des « 3 and D » capable de tenir le choc avec les Dubs pendant 48 minutes. Paul George figure parmi l’élite des « 3 and D ». Il est même évidemment bien plus que ça. Une vraie superstar capable d’amener de la défense, du scoring, de la création et des rebonds. Un joueur décisif, comme il l’a déjà prouvé à maintes reprises en playoffs. Il a d’ailleurs pris l’habitude de jouer yeux dans les yeux avec le King. Mais malgré tout son talent, il est quelque part encore mieux taillé pour un rôle de seconde option au sein d’une équipe stratosphérique qui joue le titre.

Car la NBA en est là aujourd’hui. Avec le niveau de plus en plus élevé (quoi qu’en dise les détracteurs…) et les équipes de plus en plus chargées en stars, un gars comme PG devient soudainement mieux adapté à un rôle de lieutenant de luxe. Tout comme Kyrie Irving serait finalement mieux dans la peau du troisième larron, avec encore plus d’espaces à exploiter. Voilà les conséquences de l’ascension des Warriors.

George serait la parfaite réponse à l’arrivée de KD à Oakland. A lui seul, il peut résoudre une grande partie des problèmes posés par le dernier MVP des finales. Déjà, il peut la défendre en tête-à-tête, laissant à James un peu de répit. Le natif d’Akron reprendrait alors son assignement sur Draymond Green, une stratégie qui avait justement bien marché pour les Cavaliers l’an dernier.

Idem de l’autre côté du parquet où Durant devrait désormais se coltiner George et Green prendre place sur LeBron. Là, y’a vraiment match. Là, c’est plus épique que les finales 2015. Ce serait cataclysmique. De quoi casser internet en sept manches.

Un tandem Love - Turner à Indiana

Pour Indiana, l’intérêt serait donc de récupérer une star confirmée et sous contrat à associer à Myles Turner et à une brochette d’extérieurs capables de shooter de loin et de driver. L’équipe serait sans doute un peu plus solide, à défaut de vraiment jouer autre chose qu’une place d’honneur. Mais comme indiqué plus haut, les Pacers ne sont pas vraiment des candidats au tanking. Ils aurai

Retour à l'accueil