David West : " Oh mon Dieu ça été une longue aventure "

Après s’être heurté plusieurs fois à LeBron James lorsqu’il était aux Pacers puis au tandem Westbrook-Durant la saison passée avec les Spurs, David West a enfin décroché cette bague de champion après laquelle il court depuis 14 ans ! Décisif en deuxième quart-temps par sa défense et son agressivité, l’ancien intérieur d’Indiana était très ému dans les vestiaires.« Je suis désolé mais c’est génial. C’est encore mieux que je n’imaginais » a-t-il confié à The Undefeated.

« Oh mon Dieu ! Ça a été une longue aventure et c’est un sentiment super d’être là, c’est mieux que ce que pensais. En toute honnêteté. Ce n’est pas le fait d’être n°1, ou n°2… Ces choses sont sans importance. Ce qui compte c’est gagner. C’est participer à un parcours, être là pour chaque petite étape et gagner. C’était notre objectif au début de l’année. Tous les jours on parlait de gagner le titre. Donc on n’avait pas de jour de repos, ne pas travailler n’était pas une option. Tout le monde était en salle de musculation, sur le terrain. C’est le travail. Quelqu’un d’autre aurait pu être là. Mais il s’agit de faire partie d’un groupe spécial, de mettre les bonnes personnes ensemble. Et c’est ce qu’on a fait » David West

Il y a 2 ans de cela, il avait décliné une option à 12 millions de dollars la saison chez les Pacers afin de s’engager chez les Spurs pour… 1.5 million de dollars. L’été dernier, il avait rejoint les Warriors, cette fois pour le minimum vétéran.

« On n’emporte pas son argent avec soi dans sa tombe. Ce sont les petites choses de la vie qui comptent. Les accomplissements. La victoire ! On s’est posé un objectif, on a travaillé tous les jours vers cet objectif et personne ne pourra jamais nous enlever ça, point barre. On a gagné. On a travaillé. Il n’y a eu aucune excuse dans ce groupe, c’est ce dont je suis le plus fier. Kevin, Steph, Draymond, ils sont bons parce qu’ils travaillent, pas parce qu’on leur a donné les choses, parce qu’ils TRAVAILLENT » David West

« Je pensais être heureux mais… je me sens… Je ne peux pas l’expliquer. On vient juste de gagner. J’étais sur le terrain pendant que ce foutu chrono s’égrenait. Je me disais que gamin, j’étais 99e sur 100 de l’Etat de Caroline du Nord. Aujourd’hui, j’ai 14 ans de NBA. Des coaches m’avaient dit que je ne pourrais pas jouer à la fac’. Que j’étais trop petit. J’ai entendu ça toute ma vie. J’ai été drafté en 18e position alors qu’on disait que je n’étais qu’un second tour. Tout ça reste dans votre tête. Vous mettez votre ego de côté, et vous cherchez à réaliser quelque chose d’unique. Aujourd’hui, tout ça est à jeter ! »

Et devinez qui l’a convaincu de rejoindre les Warriors…

« Kevin m’a appelé pendant l’été : « Yo West, Viens en gratter un avec ton pote ! ». J’ai répondu que j’étais son gars, direct ! « Je vais t’aider, et on va le faire ». »

À bientôt 37 ans, envisage-t-il de tirer sa révérence après ce titre ?

« Je n’en sais rien. Je me sens bien, et c’est pour ça que tout le monde me pose la question. Je n’en sais rien, mais je me sens simplement super bien. »

Retour à l'accueil