Andre Iguodala : " Kevin Durant nous rend la vie facile et ça va être une série physique "

MVP des finales il y a deux ans, Andre Iguodala a de nouveau des allures de facteur X dans cette belle face aux Cavaliers de LeBron James. Fondamental dans la victoire des siens en 2015, et notamment dans son duel individuel face au King, Iguodala n’a pas réussi à remettre ça l’an passé… comme l’a illustrée l’action devenue légendaire du contre de James sur Iguodala.

A 7 points, 4 rebonds et 3 passes sur les playoffs, dont un horrible 3/27 à trois points (pour 11% de réussite), Iguodala n’a pas vraiment rassuré sur son état de forme. Notamment après une finale de conférence conclue à 3 points de moyenne.

Le vétéran joue cependant la carte de la sérénité avant le début des hostilités. Il prétexte que l’arrivée de Kevin Durant n’a pas changé la donne pour lui. Surtout pas pour cette rencontre au sommet avec les Cavs.

« Mon rôle n’a pas tellement changé dans le fond », explique Iggy lors de l’émission The Jump. « On a un système en place et on essaie toujours d’intégrer les gars dans ce système. Avec KD, j’ai un autre joueur à qui filer le ballon. Si changement il y a, c’est surtout que ça ôte de la pression à tous les autres joueurs de l’équipe. On n’a pas changé notre style de jeu pour lui. Les autres joueurs ont certes moins de tirs mais on doit être encore plus concentré. Et ça nous donne plus d’énergie pour la défense. Mais quand on ajoute un joueur de son talent, c’est forcément un plus. Il shoote bien, défend bien, nous donne un protecteur au cercle. Il nous rend la vie plus facile. »

« Ça sera forcément une série physique »

Comme le Heat de LeBron James, les Warriors ont changé d’étiquette l’été passé avec l’arrivée de Durant. La joyeuse troupe de la Baie est devenue l’équipe à abattre avec ses quatre All Stars et sa domination outrageuse de la concurrence à l’Ouest. Mais Iguodala estime que son escouade est suffisamment dure mentalement pour gérer ce désavantage.

« Tout ça vient au fur et à mesure. On fonctionne hors des terrains comme on est sur le terrain. On a la même attitude. On dit que notre jeu est fluide, avec beaucoup de passes, pour trouver le joueur ouvert. Kobe vient de sortir son projet sur la démocratie des Warriors. Pour nous, c’est la même chose en dehors du parquet. Peu importe ce qui nous arrive, on le prend avec une attitude positive. On s’entend tous bien ensemble et KD s’est parfaitement intégré à ça. On ne veut pas changer les gens. Chacun s’occupe de sa carrière tout en s’adaptant à notre système. Et ça marche plutôt bien comme ça. »

Dominateurs comme jamais en playoffs, avec un bilan immaculé, les Warriors doivent désormais conclure l’affaire. Face à LeBron James et les Cavs, il y a de la revanche dans l’air… pour effacer l’amertume d’un avantage de 3-1 perdu !

« Ça va être une série physique. A chaque fois qu’on doit affronter un spécimen physique tel que LeBron James, il y aura forcément une grosse intensité physique. Et puis, dans leur secteur intérieur, ils ont Tristan Thompson et Kevin Love, il y aura forcément du combat. De notre côté, on a Zaza [Pachulia], David West, et Draymond Green, donc il devrait y avoir pas mal d’accrochages. Mais ça devrait être sympa à suivre. »

Meilleure équipe de l’histoire, en termes de bilan, sur ces trois dernières saisons (avec 207 victoires pour 39 défaites, soit 84% de victoires !), les Warriors doivent désormais cimenter leur légende avec un nouveau titre. Une deuxième défaite d’affilée en finale ferait clairement tache sur ce tableau exceptionnel.

Retour à l'accueil