Afrobasket féminin : Les sept raisons pour lesquelles les Centrafricaines doivent obtenir la wild card

Après plusieurs années d'absence sur la scène continentale, l'équipe nationale centrafricaine féminine a fait son grand retour de la plus belle manière dans le tournoi qualificatif de la Zone 4 qui s'est déroulé du 17 au 18 juin à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Après avoir concédé une défaite (53-67) dans le match aller face à la RDC, trois fois sacrée championne d'Afrique, les joueuses Centrafricaines ont montré un visage totalement différent lors de la seconde opposition face à cette même redoutable équipe congolaise, s'imposant sur le score de 56-50. Malgré cette victoire obtenue face à une équipe de RDC qui n'a plus rien à prouver sur le continent, les Centrafricaines sont éliminées du tournoi, mais gardent toutes les mérites de faire partie des 12 équipes qualifiées pour la phase finale prévue à Bamako au Mali du 18 au 27 août. Justement, à l'approche de la décision de FIBA Afrique pour désigner le dernier pays qualifié par le biais d'une invitation (wild card), notre rédaction s'est penché sérieusement sur le sujet et a énuméré 7 raisons pour lesquelles les Centrafricaines doivent participer à ce championnat d'Afrique au Mali.

1. Malgré plusieurs années d'absence sur la scène continentale, les Centrafricaines ont montré lors de ces deux confrontations face à la RDC, qu'elles ont de l'envie, de la motivation et surtout des atouts pour rivaliser avec les meilleures équipes d'Afrique. N'oublions pas que la RDC est sacrée trois fois championne d'Afrique, et ce n'est pas rien.

2. Si les Centrafricaines sont talentueuses sur le parquet, elles sont tout aussi fortes mentalement, car aller gagner à Kinshasa n'a jamais été facile pour n'importe quelle équipe du continent. Si on considère cela comme un exploit, ce serait minimiser la force mentale de cette équipe qui vit très bien ensemble. Malgré les nombreuses difficultés rencontrées lors de leur préparation à Bangui, avant le départ pour la capitale congolaise, les Centrafricaines ont su se battre ensemble dans un état d'esprit de winner. Elles ont tout simplement du caractère...

3. Le Basketball était et reste un sport roi en République Centrafricaine. Ce n'est un secret pour personne, le Basketball occupe une place importante dans le cœur des Centrafricains, sachant que le pays a remporté deux fois le championnat d'Afrique masculin en 1974 à domicile et en 1987 à Tunis. Une participation de l'équipe féminine au championnat d'Afrique aura sans doute un impact considérable dans le pays et serait une grande motivation pour de nombreuses jeunes filles qui aimeraient pratiquer ce sport.

4. Le Basketball, un vecteur de développement et de l'unité national. Pour un pays comme la Centrafrique qui a connu plusieurs décennies de crise politico-militaire, ajoutant à cela les cinq dernières années les plus sombres de l'histoire du pays, la participation de l'équipe nationale féminine à l'Afrobasket 2017 aura également un impact considérable sur la peuple centrafricain en général et cela pourrait valoriser les efforts déployés jusque là par ces nombreuses joueuses qui rêvent d'une telle opportunité depuis plusieurs années déjà.

5. L'équipe nationale centrafricaine féminine n'a jamais bénéficié d'une wild card de FIBA Afrique pour prendre part au championnat d'Afrique. Mais il y a un début à tout, sachant que les Centrafricains attendent ce moment depuis très longtemps.

6. Les Centrafricaines ont des arguments solides à faire valoir au championnat d'Afrique. Ce serait pour elles une occasion en or pour tester leur réel niveau. Ce serait bien de leur donner la chance pour montrer ce dont elles sont réellement capables quand elles croiseront des grandes nations de basket africain du groupe A, à savoir l'Angola, le Cameroun, la Tunisie, la Côte d'Ivoire et le Mali (pays hôte). Il faut noter que cette phase finale de l'Afrobasket permettrait à l'équipe de disputer autant de matchs en quelques jours, ainsi elle pourra acquérir l'expérience du haut niveau. Ce qui pourrait renforcer encore davantage le niveau de la compétition, et créer plus d'engouement parmi les fans.

7. La Centrafrique a terminé à la troisième place lors de sa première participation au championnat d'Afrique féminin, en 1966. Sa deuxieme et dernière participation à l'Afrobasket date de 1974, terminant à la sixième place. Depuis 43 ans très exactement, le pays n'a pas connu ses frissons, en tout cas, aucune joueuse de l'équipe actuelle n'était déjà née à cette période. Cela augmente un peu plus le niveau de motivation de cette équipe en quête de réécrire son histoire.

 

Retour à l'accueil