LeBron James a admis que les Warriors représentaient "l'un des plus grands défis" de sa carrière

La vedette des Cavaliers de Cleveland LeBron James a admis dimanche, à quatre jours du début de la finale de la NBA, que les Warriors de Golden State et leur impressionnant effectif représentaient « l'un des plus grands défis » de sa carrière.

« C'est probablement l'un des plus grands défis (...) Cela va être très difficile, ces gars vont me défier, ils vont défier notre équipe, notre club, mentalement et physiquement, a déclaré James, avant la troisième finale consécutive entre les deux équipes, une première dans l'histoire de la NBA.

« C'est vraiment une équipe de très haut niveau et j'ai pourtant déjà affronté d'autres grosses équipes », a rappelé « King James », en citant les Spurs de San Antonio conduits alors par Tim Duncan, et les Celtics de Boston de Paul Pierce et Kevin Garnett.

Le triple champion NBA ne se formalise pas du fait que son équipe, pourtant championne en titre, fait figure d'outsider face à Stephen Curry, Kevin Durant et leurs coéquipiers, aux yeux notamment des officines de paris de Las Vegas.

« Je ne joue qu'au black-jack quand je vais à Las Vegas », a-t-il souri.

Même si Golden State est toujours invaincu dans ces play-offs 2017 aparès avoir éliminé tour à tour Portland, Utah et San Antonio à chaque fois en quatre matches, le no 23 de Cleveland est confiant : « Je sens bien nos chances, très bien même », a-t-il insisté.

« J'attends vraiment avec impatience que cette finale débute, j'attends cela aussi avec joie, mais sans pression supplémentaire, a souligné James qui va disputer, à 32 ans, sa septième finale de la NBA consécutive.

« Cela montre ma longévité et ma capacité à jouer à haut niveau pendant une longue période. Avoir conduit deux équipes (Miami et Cleveland) à quatre finales chacune, c'est quelque chose qui n'avait jamais été fait et j'en suis fier », a-t-il souligné.

Le King James s'attend à une finale encore plus relevée que l'édition 2015 -remportée 4-2 par Golden State - et que l'édition 2016 -arrachée 4-3 par Cleveland après avoir été mené 3-1 - :  « Les deux équipes sont tout simplement meilleures, elles ont toutes les deux renforcé leurs effectifs aussi bien en attaque qu'en défense, c'en est même effrayant », a-t-il conclu.

Retour à l'accueil