Nando De Colo (CSKA Moscou), Vassilis Spanoulis (Olympiakos), Sergio Llull (Real Madrid) et Bogdan Bogdanovic (Fenerbahçe Istanbul) lors de la conférence de presse d'ouverture du Final Four de l'Euroleague 2017.

Nando De Colo (CSKA Moscou), Vassilis Spanoulis (Olympiakos), Sergio Llull (Real Madrid) et Bogdan Bogdanovic (Fenerbahçe Istanbul) lors de la conférence de presse d'ouverture du Final Four de l'Euroleague 2017.

Bogdan Bogdanovic, Sergio Llull, Giorgios Printezis et Milos Teodosic font partie des dix meilleurs joueurs de la saison en Euroligue. Chacun veut devenir celui dont on se rappellera à l'issue du Final 4 (vendredi et dimanche à Istanbul).

Les demi-finales (vendredi) :

17h30 : CSKA Moscou - Olympiakos Le Pirée
20h30 : Fenerbahçe Istanbul - Real Madrid
 

Bogdan Bogdanovic (Fenerbahçe Istanbul)

Carte d'identité : arrière, Serbe, 24 ans, 1,97 m
Statistiques : 13,8 points à 49%, 4,1 passes en 26 minutes
Palmarès : triplé Championnat, Coupe et Coupe de la ligue turcs (2016), vainqueur de la Ligue Adriatique (2011, 2013)

Plus spectaculaire, vous trouverez sans doute. Plus efficace, c'est moins sûr. Bogdan Bogdanovic (à ne pas confondre avec l'ailier croate de Washington Bojan Bogdanovic) est l'archétype du capitaine «à la Yougo», pétri de fondamentaux, de sens du collectif et de fighting spirit. En 2014, élu meilleur espoir de l'Euroligue avec le Partizan, le Belgradois a été drafté par Phoenix mais a rejoint dans la foulée son compatriote Zelijko Obradovic, le coach aux dix victoires en Coupes d'Europe, au «Fener». Elu dans le meilleur cinq de l'Euroligue cette saison (avec son équipier Ekpe Udoh), il a écoeuré le Panathinaikos en quart de finale (23 et 25 points lors des deux premiers matches à Athènes).

Sergio Llull (Real Madrid)

Carte d'identité : arrière, Espagnol, 29 ans, 1,92 m
Statistiques : 16,4 points à 42%, 5,9 passes en 27 minutes
Palmarès : triple champion d'Europe avec l'Espagne (2009, 2011, 2015), vainqueur de l'Euroligue (2015)

La NBA le veut. Houston lui avait même offert un contrat de trois ans et 24 millions de dollars en 2015, quand le Real avait réalisé le doublé Euroligue-Championnat. Sergio Llull (prononcez Lioule) s'était permis de refuser et de rester à Madrid, où il joue depuis maintenant dix ans. Avec le départ de Sergio Rodriguez en NBA et le recul de Rudy Fernandez, il est devenu le joueur emblématique des Merengue au point d'être un des favoris pour les trophées de MVP de l'Euroligue (avec Nando De Colo) et de la Liga ACB (avec Edwin Jackson). Originaire des Baléares, le barbu est avec De Colo l'incarnation du «combo guard», entendez qu'il peut jouer aussi bien meneur qu'arrière.

Giorgios Printezis (Olympiakos Le Pirée)

Carte d'identité : ailier, Grec, 32 ans, 2,06 m
Statistiques : 12,9 points à 48%, 5,2 rebonds en 25 minutes
Palmarès : double vainqueur de l'Euroligue (2012, 2013)

Jacques Monclar l'appelle «l'imprimeur». Rapport à son nom évidemment, mais aussi parce qu'il laisse son empreinte sur ses adversaires avec un jeu typiquement grec, rugueux et accrocheur, qu'il déploie aussi bien au poste d'ailier qu'à celui d'ailier-fort. Techniquement, il se bonifie avec le temps (40% à 3 points cette saison) et vient d'être élu pour la première fois dans le meilleur cinq de l'Euroligue, quinze ans après ses premiers pas dans l'épreuve, déjà avec l'Olympiakos, qu'il a rejoint à quinze ans. Son plus grand fait d'arme reste le tir de la gagne réussi sur une passe de Vassilis Spanoulis en finale en 2012 (62-61) alors que le CSKA avait eu 19 points d'avance en seconde mi-temps.

Milos Teodosic (CSKA Moscou)

Carte d'identité : meneur, Serbe, 30 ans, 1,95 m
Statistiques : 10,5 points à 42%, 6,5 passes en 21 minutes
Palmarès : vainqueur de l'Euroligue (2016)

MVP de l'Euroligue et meilleur joueur européen en 2010 à une époque où il jouait pour l'Olympiakos, Teodosic est sans doute le joueur le plus connu du Final 4 d'Istanbul. Il s'apprête à passer le fambeau puisqu'il a annoncé publiquement son souhait de rejoindre la NBA l'an prochain. Celle-ci ne devrait pas se priver de ses passes de génie et de son sang froid dans les moments décisifs, même s'il faudra composer avec sa défense limitée par un manque de capacités athlétiques. Il a été élu dans l'un des deux meilleurs cinq de l'Euroligue cinq fois depuis qu'il a rejoint le CSKA en 2011 (dans le deuxième cette saison). Son duo d'arrières avec Nando De Colo est sans équivalent sur le Vieux Continent.

Retour à l'accueil