Isaiah Thomas : " Je ne crois pas à la pression, on est à la maison et on a confiance "

Après un Game 5, annoncé comme le plus grand match de sa carrière, bien négocié, puis la défaite sur le fil dans la sixième manche, Isaiah Thomas a désormais un nouveau sommet à gravir : le Game 7.

Pour le match le plus important de sa carrière, le Celtic fait preuve de beaucoup de calme, esquivant la charge émotionnelle de cette rencontre si particulière.

« Je ne crois pas à la pression », explique le meneur au Boston Herald. « Je bosse trop dur pour être effrayé par une quelconque pression. Je prends ce match comme le premier d’une série. Il faut prendre chaque match comme un autre, en sachant seulement que c’est le dernier de la série. »

​​​​​Chaque équipe a remporté les trois matches disputés à domicile, Boston part donc avec un avantage logique.

« Il faut être prêt. Il faut être capable de marquer, de faire l’action pour son coéquipier. Je crois en mes coéquipiers. S’ils jouent bien, alors ce sera compliqué de mettre 2 ou 3 joueurs sur moi, car il faudra choisir son poison. De plus, on est à la maison, on a confiance. On est en bonne situation. »

Afin d’entrer pleinement dans l’événement, Isaiah Thomas s’est offert quelques souvenirs de grands Game 7 des dernières années. En espérant aussi inscrire son nom dans l’histoire et dans les futurs souvenirs des jeunes joueurs.

« Quand j’étais jeune, petit garçon, je pensais tout le temps au Game 7. Ce sont des moments intenses. C’est Paul Pierce contre LeBron James, en 2008, ou encore Kobe Bryant qui a eu des bons Game 7 aussi. Le dernier que j’ai vu, l’autre jour, c’était Allen Iverson et Vince Carter, en 2001. Un très bon match. »

Retour à l'accueil