Isaiah Thomas, le MVP de la saison ?

Auteur d’une saison incroyable en NBA, Isaiah Thomas a permis aux Celtics de s’offrir une victoire de prestige face aux Cavs de LeBron James (103-99), jeudi soir à Boston.

Isaiah Thomas est un "ignorant" qui "ne comprend rien à ce sport". C’est ce qu’a clamé DeMarre Carroll, lundi soir, tout échaudé par une altercation sur le parquet avec le meneur de poche (1,75m) des Celtics. Ce dernier n’a que faire de cette saillie, il est clairement l’un des meilleurs joueurs de la saison NBA et porte Boston à bout de bras. Le 2e à l’Est a justement épinglé les Cavs, champions en titre et leaders de la conférence, lors d’un choc au sommet jeudi soir (103-99).

L’infernal Thomas a encore fait mal à Cleveland, histoire de rappeler qu’il était bien en course pour le titre de MVP de la saison régulière. Après avoir claqué 30 puis 31 points lors des deux précédentes confrontations avec cet ogre de la ligue, il a cette fois-ci fini avec 31 unités, à 10 sur 20 aux tirs, avec 3 tirs primés dont un décisif dans le dernier quart-temps. Le joueur de 27 ans a notamment été aidé par Jae Crowder (17 points, 10 rebonds) et Al Horford (9 points, 10 rebonds, 10 passes) afin de rendre vain l’énorme triple double du LeBron James (28 points, 13 rebonds, 10 passes). L’affrontement possible en playoffs risque d'être intense !

Son 3-points clutch:

Isaiah Thomas a d’autant plus de mérite qu’il assume son rôle de franchise player jusqu’au bout dans un effectif talentueux mais sans autre grande star. Il est le seul joueur de la NBA à inscrire plus de 10 points en moyenne dans le 4e quart temps. Voilà un bel argument pour les observateurs qui le désignent comme le meilleur joueur de la saison devant les autres grands favoris. Russell Westbrook le devance aux nombre de points (31,2 contre 29,6) mais le Thunder est 7e à l’Ouest, tandis que James Harden (3e meilleur marqueur, à 28,8) affiche des pourcentages aux shoots moins bons. S’il n’est pas MVP, Isaiah Thomas démontre au moins qu’il comprend tout du basket.

Son contre sur Tristan Thompson:

Retour à l'accueil