Une nouvelle désillusion pour le basket Centrafricain plongé au fond du trou depuis plusieurs années. Crédit photo : Hervé Serefio de la Diaspora

Une nouvelle désillusion pour le basket Centrafricain plongé au fond du trou depuis plusieurs années. Crédit photo : Hervé Serefio de la Diaspora

Au terme de la phase qualificative retour où elle s'est imposée contre la République Démocratique du Congo à Bangui sur un score de 80-76, l’équipe nationale centrafricaine vient d’être éliminée comme il y a de cela deux ans à Libreville, au tournoi de la Zone 4. En effet, les Fauves Centrafricains ont reçu une claque sévère des Léopards de la RDC, dimanche dernier au match aller (64-85). Lundi soir au Palais des sports de Bangui, l'équipe nationale centrafricaine n'a pas pu remonter les 21 points d'écart encaissés dans la première confrontation. Ce sont donc les Léopards de la RDC qui sont qualifiés pour la phase finale de l'Afrobasket 2017 prévue à Brazzaville au Congo du 19 au 30 août prochain.Cette qualification conduit, d’office, les Léopards de la RDC aux éliminatoires de la coupe du monde 2017.

Selon nos informations, l’une des exigences de la Fédération Internationale de Basket voudrait que les athlètes à livrer des matchs sur un terrain couvert. A l’absence de ce type de terrain en RDC, l’équipe nationale sera contrainte à aller jouer à l’extérieur du pays.

L'heure du grand ménage dans le milieu du sport Centrafricain

Pour l'équipe nationale centrafricaine, éliminée pour la deuxième fois consécutive aux éliminatoires de la Zone 4 (Libreville et Bangui), l'heure est sans doute arrivé de renouveler la classe dirigeante aux affaires depuis plus de 30 ans. Si les Fauves n'ont pas été à la hauteur des attentes, ce n'est vraiment pas de leur faute, enfin pas entièrement, car nous avons tiré la sonnette d'alarme depuis plusieurs années, que l'équipe nationale centrafricaine est vieillissante, moins compétitive et qu'il fallait reconstruire sur de nouvelles bases solides, en mettant l'accent sur la formation des jeunes et en construisant des équipes nationales de catégories U12, U14, U16 où U18 comme Cela se fait dans les autres grandes nations de basket. Hélas, notre cri n'a jamais été entendu, des dirigeants sportifs incompétents et malhonnêtes qui se croient"éternels" sont toujours aux affaires malgré nos nombreuses contestations. L'heure est grave et c'est depuis deux décennies que la désorganisation autour des Fauves est devenue un véritable luxe dont on ne peut se séparer et cela se perpétue de génération en génération sans que les gourous du sport Centrafricain ne se remettent en question. La Centrafrique n'est plus une grande nation de basket, on ne le répétera jamais assez. Nous ne sommes plus en dans les années 1970 ou 1980. Le temps est révolu, beaucoup de pays qui ne faisaient pas le poids face aux Fauves de Gaston Gambor et face à ceux de la génération du duo Lavodrama-Goporo ont fait des énormes progrès, alors que l'orgueil Centrafricain le fait passer pour un King en Afrique centrale. Justement, même dans la sous-région, la Centrafrique est actuellement derrière le Tchad, le Gabon, la RDC, le Congo Brazzaville et le Cameroun. Oui, la Centrafrique est juste devant un seul pays d'Afrique centrale (Guinée équatoriale) dans le domaine du basket. Ne soyez pas surpris, car c'est la triste réalité. Pendant que nous faisons du bricolage, les autres renouvelent leur instance dirigeante et bâtissent leur fondation d'une manière professionnelle en ayant de grandes ambitions.

Oui avoir de grandes ambitions, n'est pas un crime. "On ne tire jamais les leçons du passé"; "Il faut balayer ces dirigeants incompétents"; "Vous faites honte à la Centrafrique"; "Nous voulons du renouveau car trop c'est trop"; "Une désorganisation chronique"; "Les maffieux du sport Centrafricain"; voilà la colère des fans abusés chaque année par des dirigeants égoïstes. Nous lisons ces nombreux commentaires chaque jour sur facebook, mais les dirigeants maffieux (pour reprendre exactement le terme des fans) sont complètement déconnectés de la réalité, des enjeux actuels du sport dans un pays. La médiocrité, la médiocrité, la médiocrité. Quand on n'est pas ambitieux et  qu'on est pas organisé, on obtient ces résultats pitoyables depuis deux décennies. Nous avons vu l'Angola nous dépasser depuis plusieurs années, en Afrique centrale dont était le King à une certaine époque, on est devenu des véritables loosers, la risée du monde en matière de désorganisation. C'est devenu une maladie chronique pas du tout facile à guérir, mais l'on sait également, que si ces dirigeants incompétents connus de tous, sont toujours aux affaires, le Basket Centrafricain restera au fond du trou. La Fédération centrafricaine de Basketball doit redéfinir ses priorités en faisant une croix définitive sur l'ancienne génération de nos joueurs. 

"Ce sont des autistes voire des incompétents irresponsables qui dirigent le basket-ball. Nous n'avons que les archives de facebook comme témoin. Je répète : FAISONS L'IMPASSE SUR LES AFRO BASKET AVENIR 2019 et 2021 le temps de préparer la relève. Si le mali a atomisé le Sénégal c'est pas par hasard... Les jeunes d'abord minimes cadets juniors senior. Voilà le parcours dun certain Frederick Goporo localement Svp", Chris Can, journaliste et chroniqueur centrafricain.

Retour à l'accueil