Trade Deadline : le marché des transferts pourrait s'emballer d'ici jeudi soir

Très calme jusqu'à l'annonce du transfert de DeMarcus Cousins chez les New Orleans Pelicans, le marché des joueurs pourrait s'emballer jusqu'à jeudi soir.

Jeudi à 21 heures retentira le buzzer de fin du marché des transferts. Si la ligue nord-américaine a vécu son «trade» le plus excitant avec l'accord conclu entre Sacramento et la Nouvelle-Orléans qui a envoyé DeMarcus Cousins chez les Pelicans, plusieurs aspects peuvent rendre stratégiques – et plus importants qu'à l'accoutumée – les échanges des vingt-quatre prochaines heures, avec notamment l'application de la prochaine convention collective (CBA) à partir de la saison 2017-2018.

Les joueurs sur le gril
Si le nom de Carmelo Anthony a de nombreuses fois été cité il y a quelques semaines, alors que les Knicks traversaient une grosse crise et que même Phil Jackson ne semblait plus tenir à son joueur le mieux payé, l'ailier semble bien parti pour rester à New York... Le pivot des Philadelphia Sixers Jahlil Okafor serait très convoité et les Sacramento Kings pourraient formuler une offre puisque le départ de Cousins a laissé un grand vide à son poste... Les Los Angeles Clippers pourraient envisager de se séparer de Blake Griffin avant la fin de son contrat... Les Brooklyn Nets sont prêts à négocier pour laisser partir Brook Lopez... Enfin, Paul George (Indiana), Jimmy Butler (Chicago) ou encore Derrick Rose (New York) sont des noms qui reviennent régulièrement. Un échange incluant un de ses joueurs paraît improbable, mais il se disait encore dimanche que Sacramento n'échangerait pas DeMarcus Cousins.
Un joueur sur deux sera libre en 2017

Cet été, près de 50% des joueurs NBA – 44% pour être plus précis – pourraient être libres de s'engager avec l'équipe de leur choix. Un turnover conséquent dont certains managers espèrent profiter en dégraissant dès cet hiver.

C'est le cas notamment pour les Sacramento Kings qui en se délestant de DeMarcus Cousins ont probablement économisé un contrat portant sur près de 200 millions de dollars que le joueur pourra espérer obtenir à l'été 2018. Une marge qui permettra à la franchise californienne de bien se placer sur le marché des joueurs sur les prochaines saisons.

LE MARCHÉ DES JOUEURS À L'ÉTÉ 2017
* Option : le joueur ou la franchise disposent d'une option pour prolonger le contrat d'une saison supplémentaire

​​​​​SOUS CONTRAT: 291

FREE AGENTS: 190
OPTION: 57

Le nouvel accord collectif, qui entrera en vigueur à partir de l'été prochain offrira une bien plus grande marge de manoeuvre salariale aux équipes, grâce notamment à une répartition modifiée des revenus générés par la NBA. Ainsi, les franchises pourront gonfler les rémunérations, même ceux des joueurs de moindre importance. Dès lors, faire de la place dans son effectif peut devenir un choix intéressant. A contrario, les franchises peuvent également se dépêcher dès cet hiver pour récupérer des joueurs dont les contrats courent encore sur plusieurs saisons pour ne pas avoir à négocier un prix supérieur une fois le nouvel accord en place.

Des superstars indisponibles, une draft prometteuse

Si le marché des joueurs libres proposera un vaste choix aux entraîneurs et managers, ces derniers auront du mal à se trouver une superstar pour compléter leur effectif. Parmi les principaux «free agents» à venir, tous ou presque choisiront de rester loyaux à leur franchise actuelle, qui sera en mesure de leur offrir un pont d'or grâce aux négociations collectives (voir par ailleurs). Dans la liste présentée ci-dessous seuls Blake Griffin et Paul Millsap pourraient être tentés de changer d'air. Pour éventuellement obtenir une grosse signature, il faudra donc passer par un échange.

LES DIX MEILLEURS JOUEURS LIBRES EN 2017

Kevin Durant (Golden State)
Stephen Curry (Golden State)
Blake Griffin (L.A. Clippers)
Chris Paul (L.A. Clippers)
Gordon Hayward (Utah Jazz)
Kyle Lowry (Toronto)
Paul Millsap (Atlanta)
Jrue Holiday (New Orleans)
Danilo Gallinari (Denver)
Serge Ibaka (Toronto)

​​​​​À défaut de construire (ou reconstruire) autour d'une star à court terme, les franchises auront également un oeil sur la draft 2017, annoncée comme étant très dense. Dès lors, les joueurs pourraient se muer en marchandises de poids pour obtenir en retour un choix de draft élevé. Les Boston Celtics incarnent l'exemple parfait d'une franchise qui pourrait tirer profit de ses échanges passés puisque l'équipe du Massachusetts a récupéré le premier tour de draft des Brooklyn Nets. En terminant derniers de NBA, ces derniers ont de bonnes chances d'offrir à leur adversaire le premier choix de draft. Et les Celtics d'en profiter pour le proposer en échange d'une star (Jimmy Butler et Paul George sont évoqués).

C'est pour ces mêmes raisons que les Los Angeles Lakers ont finalement décidé d'envoyer leur meilleur remplaçant, Lou Williams (18,6 pts), à Houston en échange d'un premier tour de draft 2017. Que le projet des franchises s'inscrive sur le long ou le court terme, les opportunités qui vont se présenter jusqu'à jeudi soir auront forcément un attrait très particulier à l'aube de l'ère économique la plus substantielle de l'histoire de la NBA.

Retour à l'accueil