LeBron James : " Que Charles Barkley aille se faire f..."

Dans la foulée de la défaite des Cleveland Cavaliers à Dallas (104-97), LeBron James, réputé pour son calme face à ses détracteur, s'en est pris à Charles Barkley. Un gros coup de gueule qui pourrait être suivi d'autres tant la star des Cavs a semblé irritée.

Ces derniers jours, LeBron James n'a pas affiché la sérénité qu'on lui connaît. Après une sortie très remarquée la semaine dernière, en raison notamment des critiques émises à l'égard de la qualité de l'effectif de Cleveland, la star des Cavaliers s'en est ouvertement pris à Charles Barkley. Ce dernier n'a pas manqué d'égratigner James plusieurs fois au cours de sa carrière et a fini par le payer lundi soir, alors que Cleveland s'est incliné à Dallas (104-97).

«C'est un "hater", a commenté James pour ESPN. Qu'est-ce qui le rend crédible ? Parce qu'il passe à la télé ?» Pris à partie par Barkley pour sa sortie de la semaine précédente (l'ancien joueur des Suns l'a traité de «pleurnichard»), James s'est à son tour attaqué à l'image du consultant : «Je ne vais pas le laisser manquer de respect à l'héritage de j'ai construit comme ça. Je ne suis pas quelqu'un qui a jeté une autre personne à travers une fenêtre. Je n'ai jamais craché sur un enfant. Je ne suis jamais sorti de Las Vegas avec une dette. Je n'ai jamais dit "je ne suis pas un modèle". Je ne me suis jamais pointé à un All-Star Weekend seulement le dimanche parce que j'étais à Vegas à faire la fête toute la semaine.»

«Qu'il ne se contente pas de venir me voir au All-Star Game pour me serrer la main et sourire»

Visiblement en grand besoin d'exprimer le fond de sa pensée, James a également fait référence aux propos injurieux de Phil Jackson, qui avait fait référence à son entourage avec le terme de "posse". «Je suis allé voir Melo (Carmelo Anthony) au Garden il y a deux ans quand nous étions à New York. Ils jouaient Portland. Je suis allé dans une loge à la mi-temps, et Phil Jackson ne m'a pas adressé la parole. Je suis là pour gagner des matches et m'occuper de mes coéquipiers, et m'occuper de, quel est le mot, mes "posse".»

Une fois l'intermède Jackson achevé, LeBron James a enchaîné sur un deuxième round concernant Charles Barkley : «Je sais qu'il voulait prendre sa retraite il y a longtemps, mais il ne peut pas. Il est coincé sur son plateau toutes les semaines. Et si tout ça peut lui donner envie de me parler, l'emploi du temps est disponible partout. Il connaît tous les chemins qui mènent aux salles où je serai. Qu'il ne se contente pas de venir me voir au All-Star Game pour me serrer la main et sourire».

En guise de conclusion, le «King» avait réservé ses paroles les plus virulentes : «Je gagne un chèque de tout ça (son rôle avec les Cavaliers). Il y a un propriétaire, David Griffin est le manager, je suis le joueur. Que Charles Barkley aille se faire f...». Enfin, au moment de quitter l'American Airlines Center de Dallas, James a semblé soulagé, laissant entendre que ce genre de sortie pourrait se multiplier. «J'en ai marre de me taire. Les temps ont changé.»

Retour à l'accueil