Denver humilie Indiana à Londres

Les Indiana Pacers, qui restaient sur cinq victoires consécutives, ont été sèchement battus à Londres, jeudi soir, par les Denver Nuggets (140-112). Ces derniers se relancent après cinq matches sans victoire.

Le match : Denver humilie Indiana

Le voyage à Londres n'a pas vraiment fait du bien aux Indiana Pacers, qui restaient pourtant sur une belle série de cinq victoires. Opposés aux Denver Nuggets, qui n'avaient plus gagné depuis cinq rencontres, les Pacers ont coulé au fur et à mesure d'une rencontre dont ils n'ont jamais maîtrisé le rythme. Dominés d'entrée de partie par un Danilo Gallinari efficace de loin, comme son équipe (15/31, 48,4%), les Pacers ont tenté de s'accrocher grâce à leur meneur Jeff Teague (14 pts, 9 pds). Pas aidé par le match raté de Paul George (10 pts à 2/12), ce dernier n'a rien pu faire pour relancer son équipe.

2
C'est la deuxième fois de la saison que les Pacers encaissent 140 points ou plus dans un match. Ils en avaient encaissé 142 face aux Golden State Warriors le 6 décembre dernier.

S'ils avaient encore la possibilité de revenir dans la partie à la pause (67-56, 24), les hommes de Nate McMillan ont très rapidement lâché prise au retour des vestiaires, la faute aux sept balles perdues dans la seule troisième période (106-76, 36e). Le dernier quart, anecdotique, a permis aux Nuggets d'assurer le show en s'appuyant sur la détente de Kenneth Faried (15 pts). Les remplaçants des deux équipes ont rapidement pris place pour finir cette partie (140-112), dont le suspense n'aura que trop peu duré pour un public qui n'a qu'une opportunité par an de profiter de la NBA au plus près.

Le joueur : Nikola Jokic trop facile

Le pivot serbe n'a pas eu besoin de forcer son talent pour impressionner à l'O2 Arena de Londres. Après une mise en route discrète, Nikola Jokic a rapidement pris le dessus dans et en dehors de la raquette. En seulement 31 minutes, il a compilé 22 points, 10 rebonds et 7 passes, régalant ses partenaires et les fans. Plus globalement, les intérieurs de Denver ont régné en maîtres dans la raquette (70 pts).

Le Français : Kevin Seraphin n'a pas démérité

Alors qu'il nous a confié la veille du match avoir effectué le meilleur choix de sa carrière NBA en signant avec Indiana cet été, Kevin Séraphin a poursuivi sur la lancée de ses bonnes prestations des cinq derniers matches. L'ancien joueur de Cholet a profité des soirs sans de Myles Turner (9 pts à 4/13) et Al Jefferson (4 pts) pour obtenir un gros temps de jeu et prouver qu'il était capable de faire du bien à son équipe sur les postes 4 et 5.

Sollicité 20 minutes, il a compilé 10 points (à 5/6), 5 rebonds et 2 passes décisives. En revanche, il s'est trouvé malgré lui victime d'une des plus belles actions du match, un énorme dunk du meneur Emmanuel Mudiay.

Retour à l'accueil