Un accord a été trouvé entre la NBA et le syndicat des joueurs pour une nouvelle convention collective

Comme attendu, il n'y aura vraisemblablement pas de grève en 2017 en NBA. La ligue et le syndicat des joueurs sont tombés d'accord sur une nouvelle convention collective, qui doit permettre à tous les acteurs de la ligue de se répartir les revenus conséquents à venir.


La NBA et le syndicat des joueurs avaient encore quelques heures pour faire durer le suspense, mais cela n'a pas été nécessaire. Mercredi soir, les deux instances de la ligue nord-américaine ont fait savoir qu'elles étaient parvenues à un accord concernant une nouvelle convention collective, qui prendra effet en 2017. Un texte qui devrait permettre une meilleure répartition des revenus générés par la NBA, et notamment des droits télévisuels qui doivent rapporter 24 milliards de dollars sur 9 saisons.

Le processus de validation de l'accord n'est pas tout à fait terminé puisque les deux parties se sont donné jusqu'au 13 janvier 2017 pour revoir et définitivement valider les termes de l'accord. La date limite avait été initialement fixée au 15 décembre, mais a été repoussée d'un commun accord.

Un assouplissement des sanctions et du calendrier ?
Dans le nouveau règlement qui devrait être appliqué à l'issue de la saison 2016-2017, figurent des précisions sur les sanctions qui seront mises en place en cas de violences domestiques, ainsi que la possibilité d'alléger le processus de tests anti-dopage. Surtout, la présaison pourrait être raccourcie et la saison régulière rallongée d'au moins une semaine, ce qui permettrait de soulager le calendrier des franchises et réduire le nombre de «back to back» (deux matches en deux jours) et de séries de quatre matches en cinq soirs.

Les joueurs ont globalement bien accueilli la nouvelle de cet accord bien parti pour être ratifié début 2017. «Ça prouve à quel point la NBA est importante et populaire, et qu'elle ne peut pas se permettre un «lockout» (grève), s'est félicité l'ailier des Toronto Raptors DeMar DeRozan. Les gens aiment trop ce soir. C'est génial». Un enthousiasme pas forcément partagé par l'intérieur de Golden State, Draymond Green : «Un jour on sera dans le vrai...peut-être». Et Chris Paul, président du syndicat des joueurs, d'avoir le dernier mot : «Je pense que tout le monde a négocié en bonne foi. Les échanges étaient bons, tout est resté cordial. Tout le monde sais à quel point notre sport va bien et personne ne voulait gâcher ça.» 

Retour à l'accueil