Russell Westbrook signe un cinquième triple-double consécutif

En signant un cinquième triple-double consécutif, ce qui n'avait plus été réussi depuis Michael Jordan en 1989, Russell Westbrook a permis à l'Oklahoma City Thunder de prendre le dessus sur les New Orleans Pelicans (101-92). Le meneur de jeu tente lui de garder la tête froide malgré ses énormes prestations.

C'est avec une modestie très maîtrisée que Russell Westbrook a accepté d'aborder sa forme du moment. Si l'Oklahoma City Thunder a remporté une cinquième victoire consécutive, dimanche contre les New Orleans Pelicans, il le doit encore une fois à son meneur survolté, qui a validé un cinquième triple-double consécutif (28 pts à 10/23, 17 rbds, 12 pds). Une performance qui n'avait plus été réalisée depuis 1989 et Michael Jordan. Ce même Jordan qui quelques semaines auparavant avait intronisé Westbrook au Hall of Fame du Thunder.«Je me contente de jouer, honnêtement, s'est presque défendu Westbrook. Je ne veux pas qu'on commence à discuter de savoir si je vais le faire tous les soirs. Je suis juste là pour jouer au plus haut niveau tous les soirs, comme j'ai pu le faire depuis que je joue en NBA.»


4    
Seuls quatre joueurs ont réussi l'exploit d'enchaîner au moins cinq triple-doubles : Russell Westbrook, Michael Jordan, Wilt Chamberlain et Oscar Robertson.

Un triple-double de moyenne
Dans le sillage de sa star, le Thunder a pris les commandes du match en début de premier quart et n'a jamais laissé l'opportunité à son adversaire d'inverser la situation. Les Pelicans sont certes revenus à un point en fin de première période (27-26, 12e), mais OKC a su gérer son avantage et surtout isoler Anthony Davis (37 pts, 15 rbds, 4 ctrs), trop seul pour son équipe. Aux côtés de Russell Westbrook, Victor Oladipo (15 pts), Enes Kanter (17 pts, 10 rbds) et Andre Roberson (13 pts) ont apporté leur contribution, tandis que Joffrey Lauvergne s'est montré très actif près des cercles (4 pts, 11 rbds). Le Français a profité de la blessure à la cheville de Steven Adams pour obtenir un temps de jeu intéressant (18 minutes).

Pour en revenir au phénoménal Westbrook, il avait validé son nouveau triple-double, le 10e de la saison et 47e en carrière, dès la fin du troisième quart. Sur la saison 2016-2017, il tourne à un triple-double de moyenne (31,0 pts, 10,8 rbds, 11,3 pds). Autant de statistique qui donnent le vertige, sauf au principal intéressé qui, inlassablement, répète le même discours : «J'ai juste envie de gagner. C'est ce qu'il y a de plus important. M'assurer que les gars sont bien, et que tout le monde est content sur le terrain, et que nous gagnions les matches». On ne peut pourtant s'empêcher de lui associer, avec de plus en plus d'insistance alors que seulement un quart de la saison a été joué, le futur titre de MVP.

Retour à l'accueil