Philadelphie était trop juste, retour émouvant pour Randolph

Philadelphie jouait sans Jerryd Bayless (poignet), Robert Covington (genou), Joel Embiid (repos), Nerlens Noel (genou) et Jahlil Okafor (gastro-entérite) à Memphis, sans compter Ben Simmons, à l'infirmerie depuis le début du mois d'octobre. Et pourtant, les Sixers et leur recrue Ersan Ilyasova (23 points, 17 rebonds) menaient encore de deux points (91-89) à une minute et 25 secondes du terme. Sans doute cette jeune troupe manque-t-elle encore d'expérience. Elle n'a «pas de marge d'erreur», Ilyasova le sait. 

Memphis inscrivit les sept derniers points de la rencontre pour s'assurer une quatrième victoire (96-91) en quatre matches, avec une nouvelle performance de choix de Marc Gasol (26 points, 12 rebonds et 3 passes). Zach Randolph, lui, était de retour après une dizaine de jours d'absence en raison du décès de sa mère. Pour son millième match, l'intérieur vétéran a pesé malgré sa maladresse (12 points à 5/16, 14 rebonds). Il a été ovationné. «Ma mère était tout ce que j'avais, tout ce que nous avions, a-t-il confié, ému. Elle était notre point de repère. C'est dur, mais je vais continuer de me battre pour elle. Elle était ma première fan, elle regardait chacun de mes matches. Mon téléphone devrait être en train de sonner en ce moment.» 

Avec neuf joueurs seulement en tenue contre Memphis, Timothé Luwawu-Cabarrot a eu droit à son temps de jeu le plus important de la saison (16 minutes). Il en a profité pour signer son record de points (7).

Retour à l'accueil