Serge Ibaka (31 points, 9 rebonds et 4 contres) offre la victoire au Magic sur le parquet d'Oklahoma City

Un panier à la dernière seconde de Serge Ibaka a permis au Orlando Magic de s'imposer face à son ancienne équipe, Oklahoma City (119-117).

L'action : le panier de la victoire de Serge Ibaka (Orlando)

Il restait onze secondes à jouer sur le parquet d'Oklahoma City et le score était de 117-117, dernière possession pour Orlando. En sortie de temps-mort, pris par Frank Vogel, coach du Magic, le meneur de jeu Elfrid Payton s'est saisi du ballon, a temporisé quelques secondes avant de servir Serge Ibaka. L'ancien du Thunder, échangé en juin dernier avec la franchise floridienne, est parti sur le côté droit du panier, suivi par le grand Steven Adams. Dans une position impossible, l'international espagnol a alors feinté le Néo-Zélandais. Puis, plutôt que de jouer la faute et les lancers, Ibaka s'est élevé droit dans les airs devant un public debout, en apnée pendant ces quelques secondes. Au sommet de son saut, il a déclenché le tir au moment parfait, envoyant le ballon caresser le filet et offrant la victoire au Magic (119-117). La conclusion d'une soirée particulière pour Ibaka, auteur de trente-et-un points, neuf rebonds et quatre contres dans une salle qui a été sa "maison" durant ses sept premières saisons NBA. Il y a réalisé son meilleur match - et de loin - sous ses nouvelles couleurs. Il a raconté après la partie que c'était son premier panier pour la gagne dans toute sa vie.


Le match : Orlando a tenu la cadence

Bien mieux parti dans le match, en tête largement à l'issue du premier quart-temps (27-13), l'Orlando Magic aurait pu craquer en fin de troisième-début de quatrième quart-temps, lorsque Oklahoma City a refait tout son retard pour repasser en tête (84-80, 36e). Mais, comme tout au long de la soirée, le Magic d'Evan Fournier – pourtant plus mauvaise attaque de la ligue (95 points par match) – a su tenir la cadence offensivement pour rester au contact. Orlando a même inscrit 37 points dans le seul quatrième quart-temps, dont huit par Fournier, auteur du tir à trois points de l'égalisation à 117-117 à vingt-neuf secondes de la fin. Elfrid Payton, vingt-trois points, a également contribué à la bonne soirée des Floridiens.

40
Avec un match à 41 points, 16 passes et 12 rebonds, Russell Westbrook a signé le quarantième triple-double de sa carrière. Il n'est que le huitième joueur à atteindre ce niveau en NBA.

Retour à l'accueil