Charlotte n'a fait qu'une bouchée des Pacers

Les Charlotte Hornets n'ont peu besoin de forcer lundi soir pour s'imposer à domicile face aux Indiana Pacers (122-100). La franchise de Nicolas Batum (9 pts, 6 rbds, 4 pds) ne compte qu'une défaite de plus que Cleveland à l'Est.

Le début de saison régulière des Charlotte Hornets commence à sérieusement ressembler à celui d'une franchise capable de jouer les premiers rôles du côté de la Conférence Est. En l'emportant très facilement face aux Indiana Pacers (122-100), les hommes de Steve Clifford ont ainsi remporté leur 5e succès en 6 matches, affichant le deuxième meilleur bilan de l'Est (5v-1d) derrière les invaincus Cleveland Cavaliers (6v-0d). Lundi soir, les Hornets ont profité des énormes difficultés défensives d'Indiana (75 points inscrits sur les deux premiers quarts) pour se mettre à l'abri dès la pause (75-55, 24).

Paul George n'en peut plus

Dans ce contexte, Clifford a pu faire tourner et limiter le temps de jeu de ses meilleurs joueurs. En 25 minutes, Kemba Walker a terminé meilleur marqueur du match (24 pts, 10 pds) tandis que Nicolas Batum s'est contenté de 9 points (à 2/6), 6 rebonds et 4 passes en 30 minutes. «On connaît la formule, a apprécié Spencer Hawes (13 pts, 13 rbds). La manière dont nous bougeons le ballon quand nous défendons, ça va nous aider à bien faire.

En face, les Pacers ont rapidement abdiqué. À l'image d'un Paul George frustré (10 pts à 4/12, 7 rbds, 6 pds), les titulaires se sont contentés de 38 points contre 62 pour les joueurs de banc. «Nous n'avons pas réussi de stops défensif et nous n'avons jamais eu de répit, a pesté George après le match. C'est inquiétant de les voir marquer et que personne ne réagisse. Personne ne s'en inquiète. Nous sommes inquiétants à voir. Nous sommes mauvais en ce moment». Sa conclusion a semblé bien plus alarmante encore : «Il n'y a aucune confiance, aucune alchimie, aucune envie. Nous sommes comme sans vie.»

Huit minutes pour Séraphin Kevin Séraphin n'a eu droit qu'à 8 minutes de jeu au cours de la déroute des Pacers. Le temps d'inscrire 2 points (à 1/3) pour 3 rebonds.

Retour à l'accueil