Sergio Llull et le Real Madrid renversent Oklahoma city après prolongation

Ambassadeurs de la NBA à l’occasion des Global Games l’an passé, les Celtics avaient préservé leur invincibilité. Ce ne sera pas le cas du Thunder cette année. Avec un Russell Westbrook sur le banc après le troisième quart, la franchise d’Oklahoma City a peu à peu craqué sous la pression du Real Madrid, complètement déchaîné en deuxième mi-temps.

Malgré 34 points et 5 passes de Victor Oladipo ou 29 points et 12 rebonds d’Enes Kanter, le Thunder a fini par s’incliner (142-137) face au champion d’Espagne en titre. Sergio Llull (22 points) et Jaycee Carroll (24 points) ont sonné la révolte avec leur adresse de loin. Alors que Steven Adams a dû sortir après une entorse à la cheville droite, Billy Donovan a encore beaucoup de pain sur la planche pour étanchéifier la défense de son équipe…


Le Thunder en mode rouleau compresseur
En visite à Madrid pour une sortie qui semble resserrer les liens entre les nouveaux et les anciens, le Thunder n’est pas venu pour plaisanter. Un dunk de Steven Adams, puis un panier renversé de Victor Oladipo donnent immédiatement le ton pour la soirée. Les Madrilènes sont eux beaucoup plus empruntés, au grand dam de leur coach, Pablo Laso, bien agité sur son banc. Avec 9 ballons perdus par le Real, le Thunder en profite pour inscrire 14 points « off turnovers » sur ce premier quart qui voit un Russell Westbrook déjà très en jambes. Dépassant Sergio Llull en vitesse, il nous gratifie même d’un superbe dunk à deux mains, symbole de la domination des NBAers en premier quart (35-22).


Si Andres Nocioni essaie bien de relancer ses troupes, avec 9 points en 6 minutes, Sergio Llull (14 points à la pause, dont un ultime panier au buzzer) est bien esseulé face à la défense en place d’OKC. Les athlètes du Thunder se régalent des espaces et des balles perdues madrilènes pour continuer à creuser l’écart. Enes Kanter se fait contrer à plusieurs reprises mais le Thunder est bien au-dessus de son adversaire. Seul hic pour OKC, Steven Adams se tourne la cheville droite après un petit tir en crochet dans la peinture. Et c’est en boitant que le pivot néo-zélandais rejoint les vestiaires avant la mi-temps. À la pause, le Thunder reste confortablement aux commandes du match (65-50).


Une fin de match complètement dingue
Mais le Real revient avec d’autres intentions en troisième quart. Si Gustavo Ayon se fait éjecter pour une deuxième faute technique, Trey Tompkins enfile lui deux perles de loin et Billy Donovan décide d’arrêter les frais avec un temps mort. Sans Adams, Kanter fait la loi sous les panneaux pour OKC mais les Madrilènes reviennent peu à peu dans la course, avec Tompkins donc, mais aussi Anthony Randolph… puis l’inévitable Sergio Llull qui remet le couvert avec un nouveau tir à trois points sur le buzzer.


Battu 37-30 dans ce troisième quart, le Thunder fait déjà trop relâche en défense. L’adresse extérieure du Real, et un jeu offensif trop dépendant de Westbrook et Oladipo relancent donc complètement la partie avant le dernier quart. Alors que les fans français attendent toujours (en vain) de voir Joffrey Lauvergne sur les planches…


Le dernier quart confirme la tendance du troisième. Le Real est enfin à son niveau de champion d’Espagne, impitoyable en défense et carrément en feu en attaque. Jaycee Carroll se met à son tour à rentrer des tirs à trois points. Luka Doncic, la pépite slovène, fait admirer son sens du jeu et de la passe pour un alley-oop renversé avec Randolph. Après avoir compté 22 points de retard, le Real prend enfin la tête des opérations en milieu de dernier quart, sur un tir primé de Rudy Fernandez, à peine revenu au jeu.


Sergio Llull, trois buzzer beater en un match !
Le bras de fer est alors sublime entre les deux équipes. Enes Kanter inscrit 7 points de suite et Victor Oladipo s’envole pour un dunk de mammouth. Mais le Real ne décroche pas. Et il reste encore au contact malgré deux trois points d’Alex Abrines, l’ennemi n°1 car ancien du FC Barcelone.


Après une faute un peu bête de Domantas Sabonis (sa sixième) sur Nocioni, le Real parvient à arracher la prolongation sur un nouveau tir à trois points de Sergio Llull… Un troisième buzzer beater dans le même match pour le meneur madrilène (126-126) ! En prolongation, le Thunder craque petit à petit après les échecs de Kanter, Oladipo et Kyle Singler. Carroll sert lui Othello Hunter qui écrase un dunk synonyme de victoire.
Dépassé en première mi-temps, le Real Madrid a complètement inversé la tendance au retour des vestiaires et s’impose donc en prolongation (142-137) derrière 24 points de Carroll et 22 unités de Llull.

Retour à l'accueil