MVP, Warriors, Africains : 11 questions avant le début de la saison NBA

Du potentiel de Golden State aux Africains à suivre, en passant par les ambitions des Lakers ou des Knicks, à la poursuite de leur glorieux passé, découvrez les principaux enjeux de la saison NBA cuvée 2016-17.

Kevin Durant, Stephen Curry, Klay Thompson, Draymond Green, Andre Iguodala, les Warriors font déjà peur

Kevin Durant, Stephen Curry, Klay Thompson, Draymond Green, Andre Iguodala, les Warriors font déjà peur

Avec Kevin Durant, les Warriors sont-ils imbattables ? 
Après avoir décroché le titre en 2015, les Dubs ont remporté 73 matches en 2015-16, effaçant le record des Bulls de 1995-96. Mais ils n’ont pas réussi à venir à bout des Cavaliers et se sont inclinés lors des dernières Finales. Qu’à cela ne tienne, Golden State a signé LE gros coup de l’été en s’attachant les services de Kevin Durant. Additionner les stars n’a jamais été une garantie de succès, en NBA comme ailleurs, mais la franchise californienne dispose d’une mini Dream Team, avec KD et le double MVP sortant Stephen Curry, mais aussi Klay Thompson, Draymond Green et autre Andre Iguodala ! Certes, Steve Kerr a perdu en profondeur de banc ce qu’il a gagné en talent pur, mais s’il trouve les bons réglages et qu’il parvient à tirer le maximum de son groupe, ça va faire mal. Assez pour imaginer que seuls les Spurs ont les moyens de faire trembler les Dubs en play-offs, sur la route de leur troisième apparition consécutive en finale. Et encore !

DeMar DeRozan et Kyle Lowry veulent passer le cap

DeMar DeRozan et Kyle Lowry veulent passer le cap

Quelle est la deuxième meilleure équipe de l’Est ?
Sauf catastrophe, LeBron James disputera, au printemps prochain, les Finales NBA pour la septième année d’affilée. La glorieuse incertitude du sport est ce qu’elle est, mais les Cavaliers semblent tellement au-dessus de la concurrence à l’Est… Reste à savoir qui peut rêver être la deuxième meilleure équipe de ce côté du Mississipi. Toronto ? Auteurs d’une saison record à 56 victoires, les Raptors ont pris deux matches aux Cavs en finales de Conférence la saison passée. Hormis Bismack Biyombo, ils repartent avec les mêmes cadres, Kyle Lowry, DeMare DeRozan et Jonas Valanciunas, et donc des ambitions similaires… Les Celtics ont quant à eux ajouté Al Horford à une équipe forte de 48 succès en 2015-16, tandis que Paul George arrivera bientôt au pic de sa carrière du côté de l’Indiana. Avec l’ancien All Star Jeff Teague à la mène, le prolifique Monta Ellis au poste 2 ou encore le prometteur Myles Turner sous le cercle, il a les moyens d’aller haut.

Bismack Biyombo et Serge Ibaka réunis sous les couleurs du Magic d'Orlando

Bismack Biyombo et Serge Ibaka réunis sous les couleurs du Magic d'Orlando

Quel sera le meilleur africain de la NBA ? 

Nous avons choisi de ne présenter que les joueurs disposant de la nationalité d’un pays africain. De nombreux autres, comme Jahlil Okafor et Chinanu Onuaku d’origine nigeriane mais de nationalité américaine, Noah Vonley, ayant une ascendance libérienne, ou encore Thabo Sefolosha, Suisse au père sud-africain, Giannis Antetokounmpo (Nigeria), Joakim Noah (Cameroun), Ian Mahinmi (Bénin), Nicolas Batum (Cameroun), Andre Iguodala (Nigeria), Dennis Schröder (Gambie), Evan Fournier (Algérie), Boris Diaw (Sénégal) et Timothé Luwawu  auraient pu y figurer.

Quinze joueurs africains vont débuter la saison 2016-17. Il s'agit de Al-Farouq Aminu (Nigeria), Festus Ezeli (Nigeria), Serge Ibaka (Congo Brazzaville), Bismack Biyombo (RDC), Salah Mejri (Tunisie), Victor Oladipo (Sierra Leonne et Nigeria), Emmanuel Mudiay (RDC), Joël Embiid (Cameroun), Luc Mbah a Moute (Cameroun), Luol Deng (Soudan),  Gorgui Sy Dieng (Sénégal), Cheick Diallo (Mali),  Maurice Ndour (Sénégal), Walter Edy Tavares (Cap Vert) et Thon Maker (Sud Soudan). 

Le « Guerrier »
Du haut de ses 2,08 m, Serge Ibaka continue d’enchaîner les contres, au point que certains l’ont baptisé le « Monstre » du Thunder. Né dans une fratrie de 18 enfants le 18 septembre 1989 à Brazza, il avait été drafté (recruté) en 2008 par les Seattle Supersonics, rebaptisés depuis Thunder d’Oklahoma City avant de rejoindre le Magic d'Orlando au cours de l'été 2016, devenant le premier joueur du Congo-Brazzaville à atteindre ce niveau. Finaliste du championnat NBA en 2012, finaliste de la conférence Ouest en 2014 et 2016, le Congolais est aujourd’hui l’une des valeurs sûres des parquets américains. Il touche, hors contrats publicitaires, quelque 12,27 millions de dollars par saison. Cette saison, il évoluera aux côtés de deux autres joueurs d'origine africaine Bismack Biyombo et Evan Fournier à Orlando. 


Le Sophomore 
En juillet 2015, Salah Mejri a rejoint les Dallas Mavericks en NBA. À 30 ans, le pivot de 2m17 est le premier Maghrébin à évoluer dans le championnat nord-américain. Champion d’Afrique avec la Tunisie en 2011, ayant déjà disputé Jeux Olympiques et championnat du monde et remporté l’Euroligue avec le Real Madrid, l’ancien joueur de l’Étoile sportive du Sahel entame sa deuxième saison sur les parquets les plus médiatisés de la planète.


Le vétéran
Voilà déjà plus de dix ans que Luol Deng, recruté en 2004 et qui aura 32 ans en avril, arpente l’Amérique du Nord de salle comble en salle comble. Né au Soudan, passé par l’Égypte puis le Royaume-Uni après les camps de réfugiés du sud du Kenya, l’ailier des Los Angeles Lakers passé par Chicago, Cleveland et Miami Heat, est l’un des deux seuls Africains en activité à avoir eu l’honneur du All Star Game, en 2012 et 2013. Avec un record personnel à quarante points en un match, celui dont on comparait le potentiel à celui de Lebron James à l’université touche aujourd’hui la bagatelle de 18 millions de dollars (hors contrats publicitaires) par saison. 

MVP, Warriors, Africains : 11 questions avant le début de la saison NBA

Quel sera le meilleur Français de la NBA ? 
Dix Français débuteront 2016-17, dont un petit nouveau, Timothé Luwawu (Philadelphie). On suivra aussi et surtout trois joueurs qui ont tout intérêt à briller, dont deux qui viennent de signer un gros contrat, Nicolas Batum (120M$/5 ans, Charlotte) et Evan Fournier (85M$/5 ans, Orlando), et un qui est tout proche de le faire, Rudy Gobert (+ de 100M$ ?, Utah). Ils seront attendus au tournant. 

Russell Westbrook face à un immense défi

Russell Westbrook face à un immense défi

Le Thunder peut-il atteindre les play-offs sans KD ? 
Un seul être vous manque… On connaît la formule. Le Thunder voudra oublier la deuxième partie, en essayant de démontrer que tout n’est pas dépeuplé. Rappel : en 2014-15, quand «KD» avait manqué la majeure partie de la saison sur blessure, OKC avait raté les play-offs malgré un énorme Russell Westbrook (28,1 pts, 7,3 rbs, 8,6 pds, 2,1 ints/match). Sauf que ce dernier sera mieux épaulé cette fois, avec le prometteur Steven Adams, Victor Oladipo et autre Enes Kanter. Le tout avec une furieuse envie de prouver qu’il y a une vie après Durant. Suffisant dans une toujours relevée Conférence Ouest ?

Les jeunes Timberwolves sous la houlette de Tom Thibodeau

Les jeunes Timberwolves sous la houlette de Tom Thibodeau

La carte jeune déjà payante pour les Timberwolves ? 
L’Ouest ressemble souvent à un panier de crabes, dans lequel il ne fait pas bon avoir un roster jeune et inexpérimenté. Demandez aux joueurs du Jazz, qui passent à côté des play-offs depuis deux ans… Minnesota pourrait faire exception à la règle. Les T-Wolves font partie des prétendants à une place dans le Top 8, avec l’ancien coach des Bulls Tom Thibodeau à la baguette, et plusieurs grands talents en devenir sur le parquet, comme Andrew Wiggins, Zach LaVine et bien sûr Karl-Anthony Towns, sans oublier Ricky Rubio et le rookie Kris Dunn (voir par ailleurs). Leur progression sera à suivre avec la plus grande attention.

Joël Embiid prêt à montrer ses qualités

Joël Embiid prêt à montrer ses qualités


Avec Ben Simmons à l’infirmerie, qui sera le meilleur rookie ? 
Numéro 1 de la dernière Draft, Ben Simmons (Philadelphie) est à l’arrêt pour plusieurs mois. La course au titre de rookie de l’année s’annonce, de ce fait, plus ouverte que jamais. Kris Dunn, meneur de jeu drafté par Minnesota, est le favori selon les joueurs de première année. Sauf que son temps de jeu n’est pas garanti avec le concurrence de Ricky Rubio. L’arrière-scoreur de New Orleans, Buddy Hield, ou Brandon Ingram, des Lakers, pourraient tirer leur épingle du jeu. A moins que l’intérieur de Philadelphie, Joel Embiid, ne mette tout le monde d’accord. Choisi en troisième position de la Draft… 2014, l’intéressé n’a pas encore joué la moindre minute en NBA pour cause de blessures. Son temps de jeu sera surveillé de près par les Sixers, et sans doute limité. Trop pour être dans la course au titre de Rookie de l’année ?

Stephen Curry et LeBron James restent des sérieux prétendants

Stephen Curry et LeBron James restent des sérieux prétendants

Qui pour le titre de MVP ? 
Stephen Curry (2015, 2016), Kevin Durant (2014) et LeBron James (2009, 2010, 2012, 2013) se sont partagés sept des huit derniers titres de MVP. Les trois favoris logiques, ce sont donc eux. Sauf que les deux premiers évoluent désormais ensemble à Golden State, tandis que le troisième ne donnera probablement pas la pleine mesure de son talent avant le mois d’avril. Quand ça compte. Le Rocket James Harden, les Clippers Chris Paul et Blake Griffin ou encore le Pacer Paul George pourraient être dans la conversation. Anthony Davis et Russell Westbrook ? Ils ont le niveau pour rêver. Ont-ils les coéquipiers pour y parvenir ? Reste Kawhi Leonard. Leader incontesté d’une équipe de San Antonio qui devrait encore flirter avec les 60 victoires, il pourrait bien troquer le trophée de Meilleur défenseur (2015, 2016) contre celui de MVP.

Les jeunes Lakers très attendus après la retraite de Kobe Bryant

Les jeunes Lakers très attendus après la retraite de Kobe Bryant


Que peuvent viser les Lakers pour la première année sans Kobe Bryant ? 
Après avoir vainement tenté d’attirer une star, les Lakers se sont résignés à s’appuyer sur leurs jeunes talents pour leur première saison sans le néo-retraité Kobe Bryant depuis… 1995-96. Une jeune garde brillante, emmenée par D'Angelo Russell, Brandon Ingram, Julius Randle et Jordan Clarkson. Du lourd. Le tout avec quelques vétérans pour les encadrer, José Calderon, Timofey Mozgov, Lou Williams, Luol Deng et Metta World Peace. Sans oublier l’électron libre Nick Young. Luke Walton a quant à lui choisi la Cité des Anges pour faire ses premiers pas dans la peau d’un head-coach, lui l’ancien assistant de Steve Kerr aux Warriors. Les Lakers ne sont toutefois pas près de remporter 73 matches, à l’image des Dubs la saison dernière, ou de disputer les play-offs… Loin s’en faut. Une saison à plus de 35 victoires ferait déjà office de succès

Les Knicks veulent accéder aux play-offs

Les Knicks veulent accéder aux play-offs

Les Knicks enfin de retour au premier plan ?
S’il avait une baguette magique et qu’il pouvait aligner tous ses joueurs dans la meilleure forme de leur carrière, le président Phil Jackson aurait une équipe bâtie pour le titre. Mais ce n’est pas le cas… Si Derrick Rose et Joakim Noah sont à New York, c’est qu’ils ont connu leur lot de blessures ces dernières années. Reste à savoir ce qu’ils ont dans les jambes. La mise en pratique du triangle par le nouveau coach Jeff Hornacek représente une autre interrogation. On sait en revanche déjà que la profondeur de banc n’est pas énorme. Mais si tout le monde tire dans le même sens et se met au service de Carmelo Anthony et Kristaps Porzingis, en évitant l’infirmerie, les Knicks devraient retrouver les play-offs. Et même y passer un tour.

Adam Silver, commissaire de la NBA

Adam Silver, commissaire de la NBA

Un lock-out en 2017 ?
La NBA et les représentants des joueurs ont signé, en 2011, une convention collective qui court jusqu’en 2021. Avec la possibilité, pour l’une ou l’autre partie, de casser l’accord au bout de cinq ans pour ouvrir de nouvelles négociations, cette année donc. La deadline est fixée au 15 décembre. Nouvelles négociations, possibilité d’un lock-out avant le début de la saison prochaine… Mais cela ne devrait pas arriver. Tous les acteurs font part de leur optimisme, comme le commissioner Adam Silver ou le très influent LeBron James. Les négociations sont en cours et un accord est, semble-t-il, proche d’être trouvé. Rappelons qu’en 2011, la saison régulière n’avait débuté… qu’à Noël, avec 66 matches par équipe au menu, au lieu de 82.

Retour à l'accueil