Detroit fait craquer le Magic

En déplacement à Detroit, Orlando enregistre une grosse défaite sans n’avoir rien montré de convaincant. C’est le deuxième revers de la saison pour les hommes de Frank Vogel, qui va sûrement mettre du temps avant de trouver la bonne formule. Detroit à l’inverse, s’en est très bien sorti sans Reggie Jackson avec un collectif très bien huilé (6 joueurs à plus de 12 points) qui a rapidement étouffé son adversaire. Derrière, pas un seul joueur d’Orlando n’a été capable de peser sur le match, et quand Evan Fournier (8 points à 4/12) n’y est pas, c’est très compliqué pour le Magic. 

Orlando résiste, puis craque
Ce duel des perdants du premier match commence avec beaucoup de rythme et peu de temps-morts, Elfrid Payton se chargeant du scoring en transition avec 6 points rapides pour répondre à son ancien coéquipier Tobias Harris, remonté comme une pendule. Evan Fournier enchaîne lui les tirs manqués mais le Magic parvient à rester au contact jusqu’au premier panier du Français (18-17). Benoh Udrih fait une entrée remarquée en fin de période avec quatre points consécutifs pour garder les Pistons sur les bons rails (24-22).


Derrière un Aaron Baynes inspiré, Detroit continue sur sa lancée en creusant l’écart en début de deuxième quart (34-24). En puissance puis en finesse, Marcus Morris enfonce le clou face à une équipe d’Orlando on ne peut plus maladroite en attaque. Ish Smith se balade lui aussi sur le terrain et Detroit enchaîne tranquillement jusqu’à prendre 20 points d’avance sur un un tir primé du frère Morris, qui conclut un 16-0 ! Les locaux baissent enfin le pied mais Orlando est en roue libre et n’en profite pas pour refaire son retard. Frank Vogel croit assister à un sursaut d’orgueil des ses joueurs suite à un temps-mort, mais celui-ci est éphémère : l’écart repasse au dessus de la vingtaine d’unités avant la pause (54-31).


Detroit se met au showtime
Brouillon mais volontaire, Elfrid Payton est le seul floridien à surnager en début de deuxième acte, et c’est bien sûr trop peu pour entamer une remontée. Pire, l’attaque des Pistons se débride de plus en plus et laisse place à du véritable « Showtime » avec Ish Smith à la baguette et Andre Drummond à la finition. Le meneur de jeu fait même grimper l’écart à +30 sur une nouvelle promenade dans la défense adverse. Beno Udrih revient pour marquer 5 points dont un tir primé in extremis et voilà Motor City à +35 ! Orlando est limité à 51 points après trois périodes, tandis qu’Andre Drummond a déjà gobé 20 rebonds.


L’attaque de Frank Vogel est plus fluide avec les remplaçants, mais les Pistons ne comptent pas laisser filer la rencontre. Celle-ci se finit en roule libre, avec deux équipes qui ont hâte d’en finir. Résultat final : 108-82. Pas la meilleure façon pour Orlando de préparer le déplacement chez le champion en titre Cleveland dès demain.

Retour à l'accueil