Kevin Durant et Stephen Curry à Oakland le 27 juillet. (NBA/Getty Images)
Kevin Durant et Stephen Curry à Oakland le 27 juillet. (NBA/Getty Images)

«Je suis derrière tous ceux qui se battent pour ce qu'ils croient juste», a expliqué Kevin Durant pour justifier son soutien au quarterback des 49ers, qui a décidé de protester en ne se levant pas lors de l'hymne des Etats-Unis.

Ce sont des paroles qui s'inscrivent dans un mouvement de fond. Celui d'une ligue, la NBA, dont les joueurs en grande majorité afro-américains ont décidé de ne plus laisser les sujets sociétaux et politiques aux autres. Dans le sillage de Carmelo Anthony et de ceux qui portent le mouvement "Black Lives Matter" - "Les vies noires comptent" -, Stephen Curry et Kevin Durant on accordé leur soutien au footballeur US Colin Kaepernick.

Ce dernier a décidé à plusieurs reprises de ne pas se lever lors du traditionnel hymne américain qui précède les rencontres. «Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d'un pays qui opprime les Noirs, s'est-il justifié, faisant référence à des abus policiers ayant causé la mort brutale de noirs non armés. Il y a des cadavres dans les rues et des meurtriers qui s'en tirent avec leurs congés payés.»

«Je suis derrière tous ceux qui se battent pour ce qu'ils croient juste. Colin Kaepernick s'est dressé pour ses convictions. C'est ce qui fait la grandeur de notre pays, non ? Vous avez le luxe de pouvoir agir ainsi, a réagi Kevin Durant auprès du San Jose Mercury News. Il ne s'est pas excusé d'avoir agi ainsi et je ne crois pas, pour sa défense, qu'il ait manqué de respect à quiconque. Il voulait affirmer son point de vue. Je suis toujours du côté de ceux qui procèdent ainsi. En tant que sportifs, on a une tribune de premier choix. Beaucoup de personnes nous regardent. (...) J'estime qu'on devrait toujours agir ainsi.»

«J'aime cette liberté de parole et qu'on se batte pour ses idées, avait appuyé Curry auparavant sur CNBC. Il y a des gens qui seront d'accord avec lui, et d'autres non, c'est l'essence de notre pays. J'espère que ça va lancer un débat sur l'amélioration des condictions des vie et des droits des afro-américains et des personnes de couleur. Parce que c'est là qu'est le message le plus important. La question n'est pas de savoir si c'est bien ou non qu'il ne se soit pas levé durant l'hymne.»

Retour à l'accueil