D'Angelo Russell a le feu vert de Luke Walton

13.2 points par match, 3.3 passes et 35.1% de réussite à 3-points… Pas si mal ? Mais pas franchement impressionnant pour un 2e choix de draft entouré de Karl-Anthony Towns (18.3 points, 10.5 rebonds et 2 passes), Jahlil Okafor (17.5 points et 7 rebonds) ou Kristaps Porzingis (14.3 points et 7.3 rebonds). D’Angelo Russell est d’ailleurs le premier à critiquer sa saison rookie, tourmentée par des histoires extra-sportives et des tensions avec Byron Scott. Et l’avenir semble lui sourire avec l’arrivée de Luke Walton, qui va lui donner les clés de la maison.

"C’était mauvais. Ce n’était pas la meilleure année rookie. Mais j’ai beaucoup appris de ça et je suis plus qu’excité pour la saison à venir."

En Summer League, Russell, auteur de quelques jolis coups d’éclats en saison, a tourné à 21.8 points et 4 passes par match.


"Il (Luke Walton) veut que je shoote quand je suis ouvert. Quand un coach vous dit de shooter, c’est comme un feu vert pour vous. Mais le piège c’est qu’il faut être assez bon pour savoir que quand vous n’êtes pas ouvert, vous devez passer. C’est la responsabilité qu’il m’a lancée à moi et à tous les autres. Quand j’ai rencontré Luke, c’est comme si je le connaissais déjà, il n’y avait pas de silences gênants. On s’est bien entendus tout de suite. Quand on a commencé à aller sur le terrain, il a joué avec nous et je me suis dit : « Je ne suis pas habitué à ça » parce que l’année dernière était mon année rookie et que c’est tout ce que je connaissais."


Fox a par ailleurs demandé au natif de Louisville ce qu’il ferait s’il n’était pas basketteur professionnel et dans quelles il avait préféré joué la saison passée en dehors du Staples Center.

"Je serais un pilote de course. J’adore les voiture rapides."

"J’ai aimé Cleveland, ils ont tellement de cœur dans cette salle. Ils voulaient tellement gagner. L’Oracle bien sûr. Et OKC, je ne vais pas mentir ils m’ont surpris, c’est absolument dingue là-bas."


via FoxSports

Retour à l'accueil