Aaron Gordon : " Un de mes soucis, c'est que je bosse un peu trop dur "

Discret depuis son arrivée en NBA, Aaron Gordon s’est révélé lors du concours de dunks où il a livré un duel légendaire avec Zach LaVine. Ce concours a semble-t-il aussi lancé sa carrière puisqu’il a très bien fini la saison en signant 5 matchs à au moins 20 points pour de moyennes de 12 points, 7.3 rebonds et 2 passes en 27.9 minutes sur 27 rencontres. Alors est-ce que la saison 2016-17 est celle de l’explosion pour l’ailier ?

« Je pense que quand vous dites explosion, la plupart des gens pensent aux stats et à votre niveau de jeu. Pour moi l’année de l’explosion c’est en termes de plaisir et de joie lorsque je joue. Et oui, je pense que cette année je vais prendre bien plus de plaisir à jouer, que je serai bien plus heureux quand je joue. Je pense que je vais être bien plus confiant dans ce que je fais. Si ces trois choses sont réunies alors oui je pense être prêt à exploser. » Gordon.


Et jusqu’où pense-t-il pouvoir aller ? Quelle est sa limite ?

« C’est vraiment difficile à dire. Vraiment. Je pense que si je continue de bosser avec diligence et intelligemment… Un de mes soucis c’est que je bosse un peu trop dur et quand le match arrive, mon corps n’est pas prêt. Cette année j’ai pu prendre un peu de repos et m’assurer que mon corps soit prêt à endurer une saison de 82 matchs. Si je reste en bonne santé… Quand je suis en bonne santé et que je reste dans le présent, je pense que mon potentiel est sans limite. En fait je dois décider à quel point je peux devenir bon. » Gordon


Pour atteindre son potentiel, il bosse, très dur, et développe un jeu de poste 3 puisque Frank Vogel veut l’utiliser en 3.

« J’ai un entrainement très chargé. Je m’entraîne, deux à trois fois par jour pour essayer d’être prêt pour la saison. Je suis prêt. J’étais prêt. Je suis prêt depuis le jour où nous avons perdu contre Charlotte lors du dernier match de la saison. Je voulais commencer une saison de 82 rencontres dans la foulée. Je savais que ce n’était pas possible mais je le voulais (rire). J’ai tiré profit de cette intersaison pour travailler sur mon dribble, mes passes, mon shoot. Aussi sur la capacité à shooter de loin par-dessus des défenseurs lorsqu’ils sortent ou alors pouvoir faire un dribble pour les éliminer et monter sur mes appuis pour shooter. J’ai travaillé sur ma prise de décision sur le pick & roll. Je sais qu’avec Bismack Biyombo et Serge Ibaka je vais avoir un gars qui s’écarte et un gars qui déroule vers le panier en sortie de pick & roll. Et avec Vooch (Nikola Vucevic), je vais avoir un peu des deux. Ca va être de ma responsabilité de scorer sur pick & roll ou alors de bien lire le jeu et de servir le gars qui est le mieux placé. Je suis prêt. » Gordon

Retour à l'accueil