JO : Kyrie Irving aurait pu jouer aujourd'hui pour l'Australie

En 2012, Kyrie Irving vient tout juste d’être élu rookie de l’année quand l’Australie, son pays de naissance, lui propose de rejoindre les Boomers pour les Jeux olympiques de Londres. À l’époque, il est très intéressé et déclare être un « Australien de cœur ».

" J’étais très sérieux par rapport à ça. (Mike Krzyzewski) a été une part énorme de la décision. C’est Coach K. En tant que jeune joueur, il m’a dit que j’avais une chance de faire partie de quelque chose de plus grand que moi et de devenir un jour le meneur titulaire de l’équipe olympique US. Je n’aurais jamais pensé que ce serait arrivé aussi vite que ça. C’est fou de voir comment ça a fonctionné. " Kyrie Irving.


Né le 23 mars 1992 à Melbourne alors que son père joue pour les Bulleen Boomers dans le sud-est du pays, il rentre aux États-Unis avec sa famille à l’âge de 2 ans. Le jeune Kyrie conserve son passeport australien et restera surveillé de près par les scouts australiens. Et alors qu’il avait représenté les US au niveau junior, on lui offre en 2012 une chance de représenter les Boomers pour les Jeux de Londres. Il a 19 ans.

" Cela aurait été super de jouer avec des gars comme Andrew (Bogut) s’il n’avait pas été blessé, et Patty (Mills) à Londres. J’aimerais faire partie de la culture ici, faire quelque chose de spécial pour le basket australien. Je suis un Aussie de naissance et je me considère comme un Aussie, avait-il déclaré à l’époque.


C’est Brett Brown (le coach des 76ers qui a coaché 5 ans à Melbourne), qui se charge alors du processus de recrutement.

" Brett pensait qu’on avait une bonne chance de s’assurer de sa venue. Il coachait le père de Kyrie quand il est né et suivait sa trace au lycée quand peu de personne en dehors du New Jersey aux États-Unis le connaissaient. J’étais là pour soutenir Brett. Je me souviens avoir contacté la famille de Kyrie pour dire que s’il choisissait de jouer pour l’Australie, il pourrait jouer 4 Jeux olympiques ou plus. Même aujourd’hui, c’est possible d’imaginer Irving ne pas être pris si tout le monde était là. Le fait qu’il soit allé à Duke où Coach K coachait n’a pas aidé. Le processus allait aussi être compliquée étant donné qu’il avait joué pour les USA au niveau junior. Mais on estimait que la discussions valait le coup ". Wayne Carroll, à l’époque GM de Basketball Australia.


Et comme les Boomers le craignaient, c’est bien Krzyzewski qui a joué un rôle crucial dans la décision de celui qui sera élu MVP de la Coupe du monde avec Team USA deux ans plus tard.

" Il avait un choix à faire. Je voulais juste qu’il pense toujours au tout meilleur qui puisse lui arriver et bien sûr jouer pour les États-Unis et peut-être être le meneur titulaire aux Jeux olympiques, c’est tout en haut. Et il avait la capacité de faire ça. Je l’ai su très tôt. Mais je n’allais pas lui mettre la pression. Je pense qu’il avait juste besoin de savoir qu’une fois que la décision était prise, alors ce sera le pays pour lequel il jouera. " Krzyzewski

" Je suis toujours un Australien de cœur, mais c’était une décision familiale pour moi, et prise par rapport à ma longévité dans le basket. C’était une décision difficile, car vous avez une chance de créer votre propre héritage, quelque chose de spécial, d’important. C’était la bonne décision. J’ai appris que Coach K coacherait Team USA en 2016. Ca a rendu ma décision beaucoup plus facile de jouer à nouveau pour mon coach. C’était le facteur décisif. Irving

Retour à l'accueil